Les chats de luxe qu’elle élève dans l’Orne se vendent 1000 euros en moyenne, parfois même davantage

22 juillet 2022 Mis à jour: 22 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Passionnée par les animaux, Jennifer Guenier s’est lancée en 2014 dans l’élevage de chats de race, en particulier les maine coon, ces félins géants qui peuvent attendre 12 kilos mais sont aussi doux de caractère que grands de taille. Sa chatterie Ragdollywood & Coon, située dans sa maison de Saint-Georges-des-Groseillers (Orne), est conçue pour leur rendre la vie douce et sécurisée.

Les chats de Jennifer Guenier sont traités aux petits oignons. Ils disposent d’un étage entier de sa maison, le rez-de-jardin, d’une superficie de 120 m2. « Une terrasse entourée de grillage fait le tour du rez-de-jardin, et chaque groupe de chat y a accès à son tour. J’ouvre la porte de chaque pièce par roulement de plusieurs heures », explique l’éleveuse à L’Orne combattante.

Elle a actuellement « 15 chats capables de se reproduire », principalement des maine coon mais aussi quelques ragdolls. La femme de 44 ans a aussi des chats stérilisés et d’autres animaux dans sa propriété de Saint-Georges-des-Groseillers, comme des chiens et des moutons.

Les maine coon, qu’on surnomme « les doux géants », sont caractérisés par leur grande taille. Il s’agit en effet d’une des plus grandes races de chats domestiques. « J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette créature sauvage au look si particulier. C’est un félin très doux, parfait avec les enfants », raconte Jennifer.

Une race qui se vend jusqu’à 10.000 euros… mais pas dans cette chatterie

Les chats de cette race se vendent en moyenne 1000 euros au minimum, « mais un chat qui a une couleur de robe très rare peut se vendre le prix d’une belle voiture », remarque l’éleveuse, qui précise que même si certains chats maine coon peuvent se vendre jusqu’à 10.000 euros, elle-même n’en facture pas à ce prix-là.

« Je ne vends pas personnellement de chats à ce prix, mais oui un maine coon de couleur black silver shaded en provenance d’élevages de renommée internationale se vendent entre 7000 et 10.000 euros pour un chaton avec droit de reproduction », précise la quadragénaire sur Facebook.

Le bien-être animal avant tout

Dans cette chatterie, tout est pensé pour le bien-être animal, ce qui est primordial en particulier pour les chattes gestantes puisque la race devient fragile à cause de la sélection génétique.

Le régime alimentaire des félins de la chatterie Ragdollywood & Coon consiste en de la viande crue, chaque portion correspondant à celle d’une proie.

La maternité est un espace accolé à la chambre de Jennifer. « Je peux ainsi surveiller et assister les mamans. Elles y restent environ quatre semaines avec les chatons. » Avant de mettre bas, les femelles gestantes vivent avec la famille, à l’étage de la maison.

« On ne peut jamais être certain que la gestation va être menée à bout, je dois m’assurer du confort et du bien-être des chats à tout moment », assure l’éleveuse.

Par la suite, les chatons ne sont jamais séparés de leur mère avant 14 semaines au minimum. « Il faut qu’ils soient sevrés, mais aussi que la mère ait eu le temps de les élever », précise la quadragénaire.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé