Les champignons pourraient-ils être la clé pour améliorer l’immunité ?

29 décembre 2021 Mis à jour: 29 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Les champignons, longtemps appréciés pour leurs propriétés médicinales, font l’objet d’études sur l’immunité, notamment sur la capacité à combattre les virus, tel le SRAS-CoV-2. Le Dr Gordon Saxe, directeur de la recherche au Centers for Integrative Health de la faculté de médecine de l’Université de Californie à San Diego, est l’auteur principal de trois études visant à déterminer si les champignons peuvent traiter le Covid-19.

Au début de la pandémie, le Dr Andrew Shubov, directeur de la médecine intégrative pour les patients hospitalisés au Center for East-West Medicine de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), était agacé par le manque de traitements efficaces contre le Covid-19. « Les gens prenaient des médicaments de plus en plus toxiques, et rien ne fonctionnait », a-t-il déclaré au Journal of the American Medical Association (JAMA).

Le Dr Saxe, le Dr Shubov et leurs collègues estiment que les champignons et les herbes chinoises pourraient être une option de choix, étant donné leurs fortes propriétés antivirales. Il a déjà été constaté qu’une espèce de champignon, le polypore du mélèze, était en mesure d’inhiber deux sous-types de grippe, soient le H1N1 et le H5N1, ainsi que l’herpès. La capacité des champignons à renforcer le système immunitaire a incité le Dr Saxe à choisir ces derniers comme objet d’études face au Covid-19.

Trois études en cours utilisent des champignons pour traiter le Covid-19

« Mushrooms and Chinese Herbs for COVID-19 » (Champignons et herbes chinoises contre le Covid-19, ndt.), connue sous le nom de « MACH-19 », est une étude multipartites dirigée par l’école de médecine de l’Université de Californie à San Diego et l’UCLA. Leurs essais, pour lesquels le recrutement des sujets a encore cours, examinent des personnes qui ont été testées positives pour le SRAS-CoV-2 et qui sont confinées chez elles avec des symptômes légers à modérés.

Deux des trois études ont été approuvées par la Food and Drug Administration (FDA) à titre d’essais cliniques de phase 1 sur la sécurité de composés expérimentaux pour le traitement du Covid-19. Ci-dessous, quelques détails additionnels à leur sujet :

  1. L’étude intitulée « Mushroom-Based Product for Covid-19 » (Produit à base de champignons pour le Covid-19, ndt.) – Cette étude se déroule de décembre 2020 à décembre 2022. Elle teste un mélange de champignons, composé pour moitié de polypore du mélèze (agarikon) et pour moitié de queue de dinde, consommé sous forme de gélules.
  2. L’étude intitulée « Chinese Herbal Formula for Covid-19 » (Formule à base de plantes chinoises contre le Covid-19, ndt.) – Cette étude se déroule de juillet 2021 à décembre 2022. Elle teste une formule de 21 plantes chinoises en provenance de Taiwan, connue sous le nom de « Qing Fei Pai Du Tang ». Cette dernière est utilisée comme remède contre le Covid-19 en Chine.
  3. L’étude intitulée « RCT of Mushroom Based Natural Product to Enhance Immune Response to Covid-19 Vaccination » (Essai randomisé contrôlé d’un produit naturel à base de champignons visant à renforcer la réponse immunitaire de la vaccination contre le Covid-19, ndt.) – Cet essai évalue la capacité d’une capsule de champignons médicinaux, administrée au moment d’une injection contre le Covid-19, à augmenter les taux d’anticorps.

Selon le Dr Saxe, « les champignons sont non seulement en mesure d’augmenter le nombre d’anticorps, mais renforcent également l’immunité des cellules T contre les cellules infectées par le virus. De plus, comme les champignons se lient aux récepteurs des cellules immunitaires humaines, ils sont capables de moduler notre immunité : ils la renforcent à certains égards et la tempèrent à d’autres. De plus, cette propriété des champignons pourrait également diminuer les effets secondaires liés aux vaccins ».

Un quatrième essai pourrait également débuter prochainement afin de déterminer si les champignons médicinaux sont en mesure de renforcer la réponse immunitaire liée aux injections de rappel contre le Covid-19. Les données sur la sécurité des trois premiers essais sont attendues pour la fin de 2021. Les données sur l’efficacité des composés étudiés seront disponibles l’année suivante. Le Dr Saxe déclare :

« Nous espérons que ces traitements réduiront le besoin d’hospitalisation (…) Les champignons présentent l’avantage d’avoir co-évolué avec nous. Les bactéries, les virus et les autres champignons s’attaquent aux champignons [étudiés] tout comme ils s’attaquent aux êtres humains. Ainsi, les champignons [étudiés] ont développé des défenses extraordinaires contre ces parasites, et nous pensons qu’ils peuvent nous les conférer lorsque nous les mangeons. »

Les impressionnants effets antiviraux et anti-inflammatoires des champignons

Dans la revue Immunology, des chercheurs de l’hôpital universitaire d’Oslo, en Norvège, ont mis en évidence les effets thérapeutiques potentiels des champignons contre le Covid-19, en particulier pour tempérer l’inflammation pulmonaire grave qui suit souvent l’infection. Ils se sont intéressés aux champignons crinière de lion (Hericium erinaceus), poule des bois (Grifola frondose) et l’Agaricus blazei Murill (AbM).

Il a été constaté qu’un extrait de ces trois champignons réduit de manière significative les bactéries dans le sang et augmente la survie de souris souffrant de septicémie pneumococcique. Leurs effets anti-inflammatoires ont également permis de réduire les symptômes et d’améliorer la qualité de vie des patients atteints de maladies inflammatoires de l’intestin.

En raison de leurs propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires, « ces extraits de champignons pourraient avoir un effet prophylactique ou thérapeutique contre la surinfection pneumonique et l’inflammation pulmonaire sévère qui compliquent souvent l’infection par le Covid-19 », expliquent les chercheurs.

Les polysaccharides à longue chaîne, en particulier les molécules d’alpha et de bêta-glucane, sont les agents actifs principalement à l’origine des effets bénéfiques des champignons sur le système immunitaire. Une étude a montré que consommer une ou deux portions de shiitake séchés avait un effet bénéfique et modulateur sur le système immunitaire.

Bien qu’il existe au moins 126 fonctions médicinales attribuées aux champignons, les polysaccharides ont fait l’objet d’une attention particulière et d’un certain nombre de recherches.

Selon l’International Journal of Medicinal Mushrooms, « [les composés] les plus importants pour la médecine moderne sont les polysaccharides aux propriétés antitumorales et immunostimulantes. Plusieurs polysaccharides de champignons ont fait l’objet d’essais cliniques de phase I, II et III. En Asie, ils sont largement utilisés comme médicaments pour traiter, avec succès, divers cancers et autres maladies. »

Le champignon Chaga contre la grippe

Comme l’indique le Journal of Traditional and Complementary medicine, plus de 14 000 espèces de champignons ont été identifiées à ce jour (on pense qu’il en existe plus de 140 000). De ces dernières, plus de 2 000 sont comestibles et/ou médicinales.

Certaines de ces espèces semblent avoir des propriétés antivirales prometteuses contre les virus de la grippe, à l’origine de pandémies. Par exemple, des recherches menées par le Centre national de recherche en virologie et biotechnologie VEKTOR en Russie, ont permis d’identifier les champignons chaga (Inonotus obliquus) comme ayant la « plus large gamme d’activité antivirale » contre différents sous-types du virus de la grippe.

Le chaga contient des polysaccharides qui ont des propriétés antivirales et immunomodulatrices. Chez la souris, il s’est avéré aussi efficace que le médicament Tamiflu® contre le virus de la grippe pandémique. Au-delà de ses effets antiviraux, des études in vitro montrent que le chaga possède des propriétés antibactérienne, immunostimulante et antitumorale. Comme l’a noté le Journal of Internal Medicine, il serait également anti-inflammatoire :

« Les champignons chaga (qui poussent principalement sur l’écorce des bouleaux en Europe du Nord, en Sibérie, en Russie, en Corée, dans le nord du Canada et en Alaska) possèdent un système enzymatique puissant et un système de défense solide en raison de leur mode de vie parasitaire. [Les recherches qui lui sont associés] ont montré des résultats prometteurs dans l’atténuation des réponses inflammatoires qui ont été associées au Covid-19. »

Le reishi pourrait contribuer à l’avènement d’un « monde sans Covid-19 »

D’autres espèces de champignons ont également été identifiées pour leurs potentiels effets anti-Covid-19. Le reishi, également connu sous le nom de « lingzhi », est un bon exemple. Comme le note l’International Journal of Medicinal Mushrooms, les aliments fonctionnels et les nutraceutiques fabriqués à partir de champignons médicinaux apparaissent comme une voie prometteuse pour lutter contre le Covid-19 :

« Le Covid-19 se manifeste par une multitude de maladies, dont certaines sont symptomatiques et d’autres asymptomatiques. Parmi celles-ci, la dérégulation immunologique (c’est-à-dire la « tempête de cytokines ») est la manifestation la plus notable du Covid-19. La modulation du système immunitaire compromis est donc devenue le point central de la lutte contre le Covid-19. »

« L’immunomodulation est le processus de régulation qui maintient un système immunitaire équilibré : elle ne permet pas à toutes les cellules immunitaires d’être totalement actives. À cet égard, les approches basées sur les aliments et les nutraceutiques qui renforcent les défenses immunitaires et modulent l’immunité compromise semblent appropriées pour se défendre contre le Covid-19. »

Les champignons contiennent plusieurs composés immunomodulateurs, notamment des lectines, des protéines, des polysaccharides et des terpénoïdes. Plus de 400 composés bioactifs sont présents dans les seuls champignons reishi.

Les propriétés sont si puissantes que des chercheurs, originaires du Bangladesh, estiment que des produits à base de champignons pourraient être utilisés comme approche thérapeutique pour parvenir à un « monde sans Covid-19 ». Ils expliquent :

« Bien que le mécanisme exact de l’effet antiviral ne soit pas encore connu, une amélioration globale de l’immunité semble exister. Cette amélioration pourrait se produire soit par une stimulation immunitaire directe, soit par immunité entraînée [« trained immunity » ou TRIM]. Ainsi, l’utilisation du β-D-glucan comme composé thérapeutique et prophylactique semble appropriée. »

Une immunité forte est essentielle, les champignons y contribuent

Le renforcement de l’immunité a été qualifié, dans le Journal of Pharmacy and Biological Sciences, d’« arme majeure pour lutter contre le Covid-19 ». Des chercheurs ont relevé de nombreuses approches visant à renforcer l’immunité : avoir un sommeil profond, méditer, consommer des vitamines C et D, et des champignons médicinaux :

« Les champignons médicinaux sont utilisés depuis l’Antiquité pour la prévention et le traitement des infections et des maladies infectieuses. Différents types de champignons médicinaux ont été étudiés pour leur potentiel de renforcement de l’immunité. Plus de 270 espèces de champignons médicinaux sont connues pour leur capacité à renforcer le système immunitaire. Il s’agit notamment du cordyceps, de la crinière de lion, du maitake, du shaitake, du reishi et de la queue de dinde, qui ont des effets bénéfiques sur la santé humaine. »

Étant l’un des plus puissants agents de renforcement du système immunitaire de la nature, les champignons sont également un aliment fonctionnel utile en période de bonne, comme de mauvaise santé.

En fait, les chercheurs de l’International Journal of Medicinal Mushrooms ont recommandé des « actions rapides dans la préparation d’aliments à base de champignons destinés aux personnes souffrant du Covid-19 ». Ils ont également demandé que l’Organisation mondiale de la santé « diffuse une approche préventive et thérapeutique à base de champignons pour lutter contre le SRAS-CoV-2 ». Ils ont souligné que les champignons sont facilement accessibles et simples à distribuer là où c’est nécessaire.

« Comme la préparation de la poudre de champignons est simple et ne nécessite pas de processus de manipulation et de moyens de conservation sophistiqués, la fourniture de poudre de champignons aux patients atteints de Covid-19 et de comorbidités dans différentes parties du monde serait également moins contraignante pour les organismes d’aide. »

Les champignons basidiomycètes, qui incluent les champignons reishi, almong (Agaricus subrufescens), pom-pom et maitake, sont traditionnellement consommés en Chine et au Japon pour prévenir le cancer. Ils ont la capacité à modifier la réponse immunitaire et à fournir un soutien nutritionnel pendant la chimiothérapie.

Ces champignons sont également prometteurs en tant que remèdes prophylactiques et thérapeutiques contre le Covid-19. Comme l’indique le Journal of Internal Medicine, ils sont en mesure d’aider à freiner la surréaction immunitaire et l’inflammation qui y sont liés.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé