Ces deux derniers mois, près de 2000 pratiquants de Falun Gong ont été harcelés ou arrêtés en Chine

13 novembre 2021 Mis à jour: 14 novembre 2021
FONT BFONT SText size

La police chinoise a harcelé ou arrêté près de 2 000 pratiquants de Falun Gong au cours des deux derniers mois, selon Minghui.org, un site Web basé aux États-Unis qui recueille des informations sur la persécution du Falun Gong menée par le régime communiste chinois.

Parmi ces 1 963 personnes, 764 ont été arrêtées et 1 199 ont été harcelées. Certaines d’entre elles ont été victimes de perquisitions, de lavages de cerveau, d’extorsions financières et de tests sanguins forcés.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne pratique spirituelle chinoise qui repose sur trois principes fondamentaux, à savoir la vérité, la compassion et la tolérance, et sur cinq exercices de méditation. Après avoir été rendu public en 1992, le Falun Gong a attiré entre 70 et 100 millions de personnes en Chine jusqu’en 1999. Le régime chinois, estimant que la popularité de cette pratique représentait une menace pour lui, a alors lancé une persécution à l’échelle nationale pour l’éradiquer.

Le Parti communiste chinois (PCC) continue à intimider, meurtrir et emprisonner les pratiquants de Falun Gong qui restent fidèles à leur foi.

Le 10 octobre, la police de Shanghai a arrêté Xu Yongqing, pratiquant du Falun Gong et expert en ingénierie électrique, à la gare de Longquan, dans la province du Zhejiang (Est de la Chine). Les policiers ont justifié cette arrestation sur la base du livre de Falun Gong que M. Xu avait dans son sac, selon Minghui. Le lendemain, il a été transféré dans un centre de détention local.

Avant son arrestation, Xu Yongqing avait été contraint de déménager trois fois au cours de l’année précédente parce que les autorités chinoises ne cessaient de le surveiller et de le harceler.

En 2017, cet ingénieur chevronné a été condamné à deux ans de prison pour sa foi et a purgé sa peine à la prison de Hongzehu, dans la province voisine de Jiangsu, jusqu’au 28 novembre 2019.

Autre cas de persécution, celui de Zhou Ailin, une habitante de la ville de Wuhan, dans la province de Hubei. La police l’a arrêtée le 29 septembre pour son adhésion au Falun Gong. Il s’agit de sa neuvième arrestation depuis que le PCC a commencé à persécuter cette croyance en juillet 1999. Six policiers de la branche du district de Qiaokou du bureau de la sécurité publique de la ville l’ont transférée dans un centre d’endoctrinement dans le village d’Etouwan.

Parmi les personnes présentes dans ce centre d’endoctrinement, il y avait notamment 196 pratiquants de Falun Gong âgés de 65 ans et plus.

Dans la ville de Changsha, de la province du Hunan, plusieurs policiers en civil ont fait une descente au domicile de Zhou Weiqun, 85 ans, le 24 septembre. Les policiers n’ont présenté aucun permis, mais ont procédé à une fouille minutieuse et ont confisqué plus de 40 livres de Falun Gong appartenant à M. Zhou. Ils l’ont emmené au poste de police de Juzizhou et ont recueilli de force des informations personnelles le concernant, notamment ses empreintes digitales et un échantillon sanguin. Cependant, leur tentative de le transférer dans un centre de détention local a échoué car les autorités du centre ont jugé que son âge présentait un risque et ont rejeté la demande de la police.

En outre, selon Minghui, au moins un pratiquant de Falun Gong en détention a été persécuté à mort au cours des deux derniers mois. Su Yunxia, 67 ans, du district de Daowai, dans la province de Heilongjiang (nord-est de la Chine), est décédée dans une prison provinciale pour femmes le 4 septembre 2021, à deux jours de la fin de sa peine qui avait duré cinq ans.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé