Une caserne de gendarmerie attaquée au mortier dans l’Orne et une dizaine de véhicules incendiés

1 juin 2021 Mis à jour: 1 juin 2021
FONT BFONT SText size

Vendredi 28 mai, la caserne de gendarmerie de Flers, dans l’Orne, a été la cible de tirs de mortier d’artifice. Les malfaiteurs ont ensuite bloqué l’intervention des pompiers, avant de prendre la fuite en incendiant une dizaine de véhicules sur leur passage.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la caserne de gendarmerie de Flers a essuyé des tirs de mortier d’artifice de la part d’une dizaine de personnes qui ont précisément visé les fenêtres des logements des militaires, avant de toucher celles des bureaux de la caserne, a rapporté Ouest-France.

Les tirs ont eu lieu vers 23 heures ; cependant, sur place, les assaillants ont empêché les renforts de police ainsi que les pompiers d’accéder au quartier. Les pompiers ont donc attendu l’arrivée d’un plus grand nombre de forces de l’ordre pour intervenir, a rapporté Le Figaro.

Les malfaiteurs ont alors profité du temps mis par les renforts à se rendre sur place pour s’enfuir en incendiant plusieurs véhicules, principalement des voitures, mais aussi un fourgon et une tractopelle. Finalement, une trentaine de gendarmes et de policiers ont été déployés dans le quartier. Six à dix personnes auraient participé à l’attaque, mais seuls trois individus ont été interpellés.

Cependant, leur garde à vue a pris fin sans que leur culpabilité ne puisse être prouvée.

Désormais, le commissariat de police de Flers enquête pour « dégradation par moyens dangereux ». Selon les enquêteurs, une hypothèse possible expliquant cette attaque serait l’incarcération vendredi d’un habitant de la ville, pour trafic de stupéfiants.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé