Un Canadien aide ceux blessés par les vaccins à partager leur histoire sur les médias sociaux

15 septembre 2022 Mis à jour: 15 septembre 2022
FONT BFONT SText size

Tiago Henriques, est un expert en intelligence artificielle chevronné. Il a constaté que les nouvelles sur les effets indésirables des vaccins Covid‑19 étaient censurées dans les médias. Il a décidé de créer un groupe Facebook pour permettre aux personnes blessées par les vaccins et leurs proches de partager leurs histoires.

La plupart des pages Facebook consacrées aux effets secondaires et indésirables des vaccins sont rapidement supprimées, ne parvenant à obtenir que quelques milliers d’abonnés. Grâce à leurs compétences techniques et à l’utilisation de méthodes qui respectent les conditions d’utilisation de Facebook, M. Henriques et son équipe ont réussi à maintenir leur page en ligne beaucoup plus longtemps, avec plus de 245.000 abonnés à ce jour.

Le groupe Facebook « Died Suddenly News » [« Mort soudainement infos »] a été créé à la fin de juin 2021. Les membres de ce groupe privé partagent des histoires personnelles, ou de personnes qu’ils connaissent ayant développé de graves problèmes de santé, ou sont même décédées, suite aux injections Covid‑19.

Tiago Henriques, expert chevronné en intelligence artificielle. (Avec l’aimable autorisation de Tiago Henriques)

« Je voulais que les gens se parlent entre eux. Les personnes qui ont vécu la même expérience peuvent être là les unes pour les autres, faire preuve de compassion, montrer de l’amour et être un peu soulagées, car beaucoup de ces personnes vivent dans de petites communautés et n’ont personne à qui parler », explique M. Henriques dans une interview diffusée le 9 septembre dans l’émission Evening News de NTD.

« Les médecins ne les écoutent pas, les infirmières ne les écoutent pas. Et je pense que c’était un excellent moyen pour ces personnes de se sentir écoutées. »

« Vraiment viscéral »

M. Henriques, qui réside en Nouvelle‑Écosse, affirme que le groupe a démarré lentement, mais qu’au fil des mois, il a pris de l’ampleur avec toujours plus d’abonnés. « Au cours des trois ou quatre derniers mois, il a absolument explosé. »

Selon l’expert en IA, la « vibration » du groupe est due à ceux qui partagent leurs histoires.

« Les histoires qu’on lit sur ce site [à propos] des lésions et des décès dus aux vaccins sont vraiment viscérales. Ce sont de vraies personnes dans nos milieux qui nous racontent, qui racontent à tout le monde leur histoire, et je pense que c’est ce qui la rend plus réelle. »

M. Henriques explique que la page est actuellement modérée par environ 15 à 20 modérateurs, qui éliminent tous les trolls qui tentent de dénigrer les membres ou leur manquer de respect.

« Nous gardons un contrôle assez strict sur les choses. Nous essayons de faire en sorte que tout fonctionne comme une montre suisse, mais c’est parfois difficile. C’est un grand groupe, il est en pleine croissance, donc nous allons avoir ces difficultés en grandissant. »

« Libre de toute censure »

M. Henriques, qui programme dans des langages tels que Python, PyTorch et TensorFlow, affirme que son équipe a respecté les conditions d’utilisation de Facebook, mais il est conscient que, même dans ce cas, sa page peut être ciblée et fermée. Il est en train de créer une plateforme distincte qui n’est pas sujette à la censure des entreprises de médias sociaux.

« C’est un peu comme Facebook, mais avec toutes les statistiques du monde entier », explique‑t‑il.

« Je vais avoir les emplacements géographiques, quels vaccins ils ont pris, quel numéro de lot, ce qui leur est arrivé, toutes les données statistiques importantes. Nous aurons également une section où ils pourront trouver de l’aide. »

L’expert en programmation affirme qu’il laissera le nouveau site Web en libre accès pour tous ceux, y compris les médias, qui souhaitent « voir les données presque en temps réel » des personnes blessées par les vaccins dans le monde.

Pour financer le projet, M. Henriques a mis en place des campagnes de collecte de fonds sur GoFundMe et GiveSendGo, où toute personne intéressée par la cause peut faire un don.

« Ma mission est d’avoir notre propre plateforme, libre de toute censure et de tout jugement, un endroit où les personnes bienveillantes peuvent venir partager leurs histoires sans être harcelées et en se sentant en sécurité dans une communauté qui les écoute vraiment », peut‑on lire sur les pages de sa campagne de financement.

« La nécessité de la nouvelle plateforme est importante, car elle nous permettrait de compiler des statistiques et des preuves sur ce qui se passe réellement dans le monde. Elle nous donnera de l’autonomie et nous n’aurons pas à craindre d’être désactivés à tout moment par les pouvoirs en place. »

Jason Perry de NTD a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé