Canada : Une étude révèle des résultats faussement positifs dans plus de 40 % des tests rapides positifs

19 janvier 2022 Mis à jour: 19 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Une nouvelle étude révèle que plus de 40 % des résultats positifs des tests rapides antigéniques sont faux, des résultats qui interviennent à un moment où les provinces s’appuient de plus en plus sur ces tests rapides pour élaborer des stratégies de réponse au Covid-19.

L’étude, menée par la Rotman School of Management de l’Université de Toronto, a été publiée dans la revue à comité de lecture JAMA le 7 janvier 2022. Les chercheurs ont étudié les résultats d’environ 900 000 tests antigéniques effectués dans plus de 530 lieux de travail au Canada entre le 11 janvier et le 13 octobre 2021.

Au cours de cette période, le pays a connu deux grandes vagues de Covid-19 causées par le variant Delta. Ils ont enregistré 1 322 résultats positifs aux tests rapides, soit 0,15 % du total des tests. Parmi ces cas positifs, 1 103 patients ont été invités à passer un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour confirmation.

L’étude a révélé qu’un total de 462 résultats de tests rapides étaient faux, ce qui représente 42 % du total des 1 322 résultats positifs identifiés dans l’étude, ou 0,05 % des 900 000 résultats.

« Ces résultats éclairent la discussion sur la question de savoir si les tests antigéniques rapides entraîneront un trop grand nombre de faux positifs qui pourraient submerger la capacité de test PCR dans d’autres contextes », ont écrit les chercheurs.

Ils ont souligné que leurs résultats reflètent l’importance de disposer « d’un système de données complet permettant d’identifier rapidement les problèmes potentiels ». Par contre, ils ont également noté que le taux global de résultats faussement positifs par rapport au nombre total de tests antigéniques était « très faible ».

« Avec la capacité d’identifier les problèmes de lots dans les 24 heures, les travailleurs pourraient retourner au travail, les lots de tests problématiques pourraient être jetés, et les autorités de santé publique et le fabricant pourraient être informés », ont-ils écrit.

Sur les 462 résultats faussement positifs, 278 (60 %) ont été effectués sur deux lieux de travail distants de 675 kilomètres par des entreprises différentes entre le 25 septembre et le 8 octobre 2021. Les chercheurs ont déclaré que tous ces résultats faussement positifs étaient dus à un seul lot du dispositif de test rapide Panbio Covid-19 Ag d’Abbott, probablement en raison de problèmes de fabrication plutôt que de mise en œuvre.

Le fait que les tests aient été administrés trop tôt ou trop tard au cours de la phase infectieuse, ou que les tests aient été effectués de manière incorrecte, sont quelques-unes des raisons qui pourraient également contribuer aux résultats faussement positifs, selon l’étude.


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé