Canada: Trudeau a dû porter un gilet pare-balles lors d’un meeting (media)

13 octobre 2019 Mis à jour: 23 décembre 2019
FONT BFONT SText size

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, en campagne pour sa réélection le 21 octobre, a dû porter un gilet pare-balles samedi lors d’un meeting en Ontario en raison de « menaces » pour sa sécurité, a révélé la chaîne CBC.

Le dirigeant libéral est apparu avec plus d’une heure et demie de retard à un meeting à Mississauga, ville en banlieue de Toronto (Ontario, centre), où près de 2.000 partisans l’attendaient. Il portait un gilet pare-balles sous sa chemise ainsi qu’une veste, alors qu’il s’exprime généralement vêtu d’une chemise lors de ses meetings, selon la chaîne publique.

Sécurité renforcée

« Un dispositif de sécurité plus important que d’habitude » et « des policiers haut gradés » étaient présents suite à une « menace pour la sécurité », selon la chaîne anglophone qui cite des sources libérales. L’équipe de campagne de M. Trudeau n’a pas souhaité commenter les raisons expliquant cette sécurité renforcée autour du chef samedi.

Le candidat libéral a prononcé son discours sans incident, encadré par plusieurs policiers, et a ensuite pris un bain de foule, avant de quitter la salle. Son épouse, Sophie Grégoire-Trudeau, qui devait précéder Justin Trudeau sur scène, n’a finalement pas prononcé de discours, selon plusieurs médias.

La Gendarmerie Royale du Canada (GRC, police fédérale) surveille quotidiennement les messages haineux publiés contre les chefs de partis en campagne, de crainte que leurs auteurs ne passent à l’acte, selon des sources citées par CBC.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé