Bouches-du-Rhône : une conductrice de bus agressée sexuellement par un migrant soudanais

20 novembre 2019 Mis à jour: 20 novembre 2019
FONT BFONT SText size

Logé dans un foyer, le suspect est également soupçonné de s’être livré à des attouchements sur une jeune fille de 16 ans qui circulait à bord d’un autre bus la veille de l’agression de la conductrice de la ligne 22.

Samedi dernier, vers 15 heures, une conductrice de bus de la ligne 22 reliant Martigues à Port-de-Bouc a été victime d’une agression sexuelle commise par un usager, alors qu’elle était au volant de son véhicule.

Le suspect a été appréhendé par la police peu après les faits grâce à l’exploitation des images des caméras de vidéosurveillance.

Âgé de 26 ans, il s’agit d’un migrant soudanais logé au foyer Adoma de Port-de-Bouc. Il est également soupçonné de s’être livré à des attouchements sur une jeune fille de 16 ans la veille, dans un autre bus.

Pendant sa garde à vue, l’auteur présumé a nié les faits qui lui étaient reprochés. Selon les journalistes de La Provence, il devait être jugé ce mardi dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate.

Les collègues de la victime exercent leur droit de retrait

Sous le choc, la conductrice de bus agressée a interrompu son service. Ses collègues en ont fait autant en signe de soutien et n’ont pas roulé du reste de l’après-midi.

« Nous ne sommes pas dans une logique de droit de retrait car l’agresseur a été interpellé une heure après, il n’y avait donc pas de danger grave et imminent », a toutefois déclaré le président de la Régie des transports marseillais (RTM) qui exploite le réseau.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé