Bordeaux: un Britannique découvre un vaste réseau de tunnels utilisés par la résistance dans un château médiéval

23 novembre 2022 Mis à jour: 23 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Pour Edward Holmes, 44 ans, rénover un château médiéval à Bordeaux représentait une expérience assez différente de son dernier emploi de paysagiste sur le terrain de golf de son père au Royaume‑Uni.

Lorsque ses parents, qui avaient le sens des affaires, ont acheté le Château Lagorce pour un million d’euros en 2003, le jeune Britannique d’une vingtaine d’années, alors célibataire, était l’homme de la situation.

Il s’installe à Bordeaux en 2005 et constate l’ampleur des travaux à accomplir. Les toits et les gouttières sont pourris et troués, la plomberie et l’électricité sont fichues, il n’y a pas de climatisation et la maçonnerie doit être refaite. Si l’endroit reste ainsi cinq ans de plus, il est voué à disparaitre.

Dix‑sept ans plus tard, le Château Lagorce est à nouveau impeccable et sert d’entreprise familiale. C’est désormais un célèbre « château de mariage français ». Il accueille les couples dans un cadre féerique au charme historique inégalé.

On ne peut qu’imaginer les mystères qui se cachent entre ses murs de pierre ou sous ses fondations.

Ayant récemment terminé les travaux d’aménagement d’un caveau de dégustation de vins dans le sous‑sol du manoir pour les clients (le château était célèbre pour son vin blanc moelleux au milieu du XIXe siècle), Edward Holmes s’est finalement intéressé au vaste réseau de tunnels sous le domaine.

(Avec l’aimable autorisation d’Edward Holmes)
(Avec l’aimable autorisation d’Edward Holmes)

Il savait que ce réseau de tunnels existait depuis longtemps. Ils étaient indiqués sur les plans. « Après quelques années, vous les connaissez ces plans comme votre poche », explique‑t‑il à Epoch Times.

Il y avait trois niveaux de passages souterrains s’étendant sur quelque trois hectares. Pour ajouter au mystère, le voisin d’Edward Holmes, du château de Haute‑Sage non loin, l’avait informé que ces passages étaient reliés à ceux situés sous d’autres domaines. Et de plus, quelque part entre les deux se trouvait un trésor caché. Ce qui n’apparaissait évidemment pas sur les plans.

« Qu’allions nous trouver ? C’est ce qui a en quelque sorte déclenché toute l’aventure. »

Alors qu’il explore les bois de sa propriété en octobre dernier, il repère une structure de pierre imposante, ressemblant à une cheminée, qui dépasse du sol. Il s’agit d’un puits de ventilation souterrain. En regardant par un trou dans la maçonnerie, l’obscurité régnant, il ne parvient pas à en distinguer le fond.

Avec l’aide de deux amis, il décide de sonder le puits. On y fait descendre une lampe de poche et une caméra pour voir s’il mène éventuellement à d’autres tunnels… et surtout, au fameux trésor.

C’est plus profond qu’ils ne le pensaient. La lampe finit par toucher le sol au bout de dix mètres. La caméra révèle qu’il y a effectivement des tunnels, menant dans deux directions différentes. Mais ce jour‑là, l’équipe n’est pas encore prête pour faire cette descente assez dangereuse.

Un des trois, M. Miller suggère d’analyser à nouveau les plans du château. Il s’agit de repérer si les grottes y sont reliées au puits. En examinant la carte, une piste prometteuse apparait : un passage s’étend jusqu’à l’endroit où la route approche du château, là où il y a un creux dans la topographie, une vallée. Pour Edward Holmes, pas de doutes… Il doit y avoir une entrée à proximité.

(Avec l’aimable autorisation d’Edward Holmes)

En s’enfonçant dans les bois, le trio repère plusieurs structures de pierre bien solides dépassant du sol dans la vallée. Selon Edward Holmes, elles servaient probablement à la ventilation. En été, l’air plus frais s’écoulait vers le bas, tandis qu’en hiver, l’air plus chaud s’échappait par le haut. Finalement, ils tombent sur un linteau de pierre, enfoui dans la végétation, à cheval sur une cavité béante au niveau d’un terrain très incliné. En regardant à l’intérieur, ils constatent qu’il y fait nuit noire. Ils n’en voient pas le bout.

Donc… changement de programme. On va s’équiper en un rien de temps. On ramène deux grandes batteries et une batterie portable pour s’assurer d’avoir une source de lumière stable en explorant le site. On apporte de l’eau et un marteau‑piqueur électrique au cas où il faudrait creuser. Edward Holmes amène également un appareil pour mesurer l’oxygène pour s’assurer qu’ils ne suffoqueront pas. Vient enfin le moment où on s’enfonce à l’intérieur.

Edward Holmes sait que tous les tunnels du château sont anciens. Il a autrefois repéré des inscriptions sur les murs datant de 1805. Par ailleurs, des rumeurs circulent. On peut entendre chuchoter que ces tunnels étaient utilisés par la résistance durant la Seconde Guerre mondiale, alors que Bordeaux était occupé par les Allemands.

« La résistance pouvait se faufiler dans les tunnels et passer d’occupée à non occupée. Les Allemands avaient trop peur pour descendre dans les grottes, c’est assez logique. Ils ne connaissaient pas la région. »

Alors que le trio plonge plus profondément dans la cavité, le plafond devient si bas qu’il faut s’accroupir. Finalement, cela s’ouvre à nouveau suffisamment pour qu’on puisse se tenir debout.

Ensuite, M. Miller repère une longue boîte en bois, presque de la longueur d’un homme, maintenue par de vieilles charnières. Celle‑ci attire tout de suite leur curiosité. Ils devineront plus tard à quoi elle servait. Plus loin à l’intérieur, ils atteignent le bout et ne peuvent aller plus loin. Un mur de parpaings cimentés leur barre la route. Une excavation assez récente mène vers la route au‑dessus, devinent‑ils, ensuite des ouvriers ont utilisé de la dynamite pour boucher la caverne.

(Avec l’aimable autorisation d’Edward Holmes)
(Avec l’aimable autorisation d’Edward Holmes)

En frappant les blocs de ciment avec leur marteau‑piqueur, ils percent un trou, jettent un coup d’œil à l’intérieur et confirme leurs hypothèses. Il n’y a aucun moyen de passer par là. Si la caverne est reliée à la tour de ventilation et si un trésor caché se trouve quelque part entre les deux châteaux, ils ne le découvriront pas aujourd’hui.

Alors qu’ils se préparent à sortir, ils sont très exaltés. Ils sont toujours bien vivants et n’ont utilisé qu’un centième de l’énergie stockée dans une de leur batterie, mais mieux vaut prévenir que guérir. Ils se tournent ensuite vers la vieille boîte en bois moisie. Elle n’est pas verrouillée. Les charnières grincent lorsque M. Miller soulève le couvercle. À l’intérieur ?… Rien. Il n’y a rien à part quelques entailles.

« Nous étions presque sûrs, quand nous l’avons trouvée, que c’était une sorte de boîte pour garder des armes. »

Des fusils peut‑être, suggère son ami. Edward Holmes pense qu’elle aurait pu contenir quelque chose de plus lourd, peut‑être un type d’artillerie antichar de la Seconde Guerre mondiale.

Cette boîte a‑t‑elle appartenu à la résistance ?

Ils ne connaîtront pas la réponse ce jour‑là. Les Bordelais ne leur apprendront pas non plus grand‑chose sur ce qui s’est passé ici pendant la guerre, si ce n’est qu’un général allemand a occupé le Château Lagorce.

« Dès que vous essayez de leur parler de la guerre, ils deviennent très silencieux, et ne veulent pas en parler. Ils ont dû vivre des moments très difficiles. »

Quant au trésor perdu, qui attend apparemment toujours sous terre, quelque part entre les deux châteaux, Edward Holmes espère bien le découvrir à terme.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé