Biden déclare qu’il y a «54 États» aux États Unis: ses capacités cognitives de nouveau remises en question

1 novembre 2022 Mis à jour: 1 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Le président Joe Biden est à nouveau au centre des polémiques après avoir affirmé, lors d’un meeting de campagne en Pennsylvanie, que les États‑Unis comptaient « 54 États » au lieu de 50.

Biden a fait cette faute lors d’un rassemblement vendredi soir à Philadelphie pour soutenir le candidat démocrate au Sénat américain, John Fetterman.

Le président s’exprimait pour défendre l’Affordable Care Act (ACA). Il décrivait les efforts démocrates pour améliorer les soins de santé, exhortait que la loi reste en place. Il a soudain déclaré que les démocrates avaient fait campagne dans « 54 États » pour empêcher le démantèlement de la loi fédérale.

« Et, bien sûr, ils vont essayer pour la 499e fois, ou quel que soit le nombre », a déclaré Biden en référence à la longue croisade des républicains pour abroger l’ACA, cette loi qu’on appelle communément l’Obamacare.

« Et, d’ailleurs, si cela se produit, cela signifie… que ce ne sera pas drôle… tout le monde [sera concerné]. C’est pour ça que nous les avons battus en 2018 lorsqu’ils ont essayé de le faire. Nous sommes allés dans 54 États. Les gens ne réalisent pas que cette loi sur les soins abordables permet à quiconque souffre de troubles préexistants d’obtenir des soins de santé. »

Lors de l’événement, Biden a été rejoint par la vice‑présidente Kamala Harris et le lieutenant‑gouverneur John Fetterman, dont la performance douloureuse lors du débat contre son rival républicain, le Dr Mehmet Oz, la semaine dernière, n’a pas manqué d’inquiéter les électeurs démocrates. John Fetterman et le Dr Mehmet Oz se disputent le siège de sénateur pour la Pennsylvanie.

Au mois de mai, Fetterman a été victime d’un grave accident vasculaire cérébral (AVC). Durant le débat ses troubles cognitifs étaient visibles, il avait du mal à prononcer certains mots, répétait à l’évidence des phrases apprises par cœur ou lisait un téléprompteur accroché au‑dessus du modérateur. Il y avait régulièrement des pauses gênantes.

(À g.) Le Dr Mehmet Oz, candidat républicain au Sénat, le 13 octobre 2022. (Mark Makela/Getty Images) /(À droite) Le lieutenant-gouverneur de Pennsylvanie, John Fetterman, le 23 octobre 2022. (Kriston Jae Bethel/AFP via Getty Images)

Chiffres trompeurs

Une fois la gaffe de Biden lancée sur Internet, nombreuses ont été les personnalités à critiquer le président.

« Joe Biden prétend maintenant qu’il y a 54 États », a tweeté Lauren Boebert, représentante du Colorado. « Je suppose que si on compte les états de déni, de confusion, d’illusion et de désastre que son régime a causé, il est peut‑être simplement sur un coup. »

L’acteur et comédien Rob Schneider a déclaré : « Biden prétend qu’il y a 54 états aux États‑Unis. Dans son prochain discours, il parlera des 81 millions de votes… »

« L’inflation est si grave qu’elle a un impact sur la géographie sous [Joe Biden] », a tweeté le journaliste Collin Pruett.

Depuis l’entrée en fonction de Biden, les vidéos qui montrent le président de 79 ans commettre des lapsus et des bourdes sont fréquentes. On s’inquiète quant à son âge et ses capacités cognitives. Lors d’un autre incident récent, il s’est adressé par erreur à la représentante Jackie Walorski (Parti républicain‑Indiana), décédée dans un accident de voiture quelques semaines auparavant.

Malgré cela, Biden a déclaré dans une interview le 21 octobre qu’il avait « l’intention » de se représenter en 2024, tout en précisant qu’aucune décision officielle n’avait été prise à ce sujet.

Biden a récemment convenu que les questions sur son âge étaient « totalement légitimes » à l’approche de l’élection de 2024, affirmant qu’il est « en bonne santé » et que « tout ce qui est physique chez moi fonctionne encore bien, et mentalement aussi. »

Dans quelques semaines, Biden, qui est déjà le président en exercice le plus âgé, aura 80 ans. S’il était réélu en 2024, il aurait 86 ans à la fin de son second mandat.

Sources : NTD News

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé