Biden déclare qu’il est «immoral» et «scandaleux» que des États américains interdisent les traitements transgenres

26 octobre 2022 Mis à jour: 26 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Le président Joe Biden a dénoncé les États américains qui ont interdit, ou cherchent à interdire, les procédures de réattribution sexuelle sur les enfants, qualifiant d’ « immoraux » les projets de loi récemment adoptés, ou en cours d’examen, dans plusieurs États républicains.

« Je ne pense pas qu’un État américain ou quiconque devrait avoir le droit de le faire pour des raisons morales. Sur le plan juridique, je pense simplement que c’est une erreur », a déclaré Biden lors d’une interview avec NowThis News, diffusée dimanche sur la plateforme progressiste consacrée aux médias sociaux.

Biden s’est exprimé sur le sujet lors d’une rencontre avec Dylan Mulvaney, un influenceur transgenre des médias sociaux, un homme biologique de 25 ans de San Diego, en Californie, qui a fait la chronique « 221 jours pour Être une fille ».

Dylan Mulvaney a demandé au président si les États devaient être autorisés à interdire les « soins de santé d’affirmation du genre », tels que les opérations de changement de sexe irréversibles et susceptibles de changer la vie, ainsi que les bloqueurs de puberté.

« Parfois, ils essaient de vous empêcher d’avoir accès à certains médicaments, d’avoir accès à certaines procédures », a déclaré Biden. « Aucun État ne devrait être en mesure de le faire, selon mon point de vue ».

« Il est vraiment important que nous continuions à parler des droits fondamentaux de tous les êtres humains, et de l’idée, de l’idée, qui s’est répandue, vous savez, dans certains États – je ne vais pas entrer dans les détails politiques, mais, dans certains États, c’est juste – c’est scandaleux, et je pense que c’est immoral », a‑t‑il ajouté.

Biden a également déclaré qu’il est « très, très fermement » convaincu que les personnes transgenres devraient avoir « tous les droits les uns après les autres », y compris l’utilisation de « salles de bains publiques identitaires ».

Avertissement sur les bloqueurs de puberté

En juillet, la Food and Drug Administration (FDA) a ajouté un avertissement sur l’étiquette des agonistes de l’hormone de libération de la gonadotrophine (GnRH), les ainsi nommés « bloqueurs de puberté », indiquant que ces médicaments peuvent provoquer une série de symptômes chez les enfants, notamment des maux de tête, une accumulation de pression autour du cerveau et une diminution de la vision.

Malgré cela, l’administration Biden continue de plaider en faveur des « soins de santé d’affirmation du genre », qui permettent aux gens, y compris aux enfants, d’accéder facilement aux traitements de réattribution sexuelle.

Biden n’a pas précisé si son point de vue s’appliquait également aux mineurs. Il ciblait cependant les États qui ont toujours tout fait pour prévenir et conseiller les enfants de ne pas recourir à la chirurgie de réattribution sexuelle ou au traitement hormonal avant leur majorité.

NTD News, le média partenaire d’Epoch Times, a contacté la Maison Blanche pour une demande de commentaires.

De nombreux États ont restreint ou envisagent d’adopter des lois interdisant l’accès précoce aux procédures de transition sexuelle pour les enfants souffrant de dysphorie de genre, notamment les bloqueurs de puberté, les thérapies hormonales et les opérations de réattribution sexuelle irréversibles et risquées.

La dysphorie de genre, selon l’American Psychiatric Association, est un état de détresse créé par un individu qui s’identifie au sexe biologique opposé.

Récemment, deux études distinctes ont révélé que 88% des garçons et des filles (âgés de 2 à 12 ans) ayant souffert de dysphorie de genre sans subir de transition, ont déclaré, lorsqu’ils étaient adolescents et jeunes adultes, avoir dépassé ce problème. Ils avaient finalement accepté leur identité sexuelle biologique.

Source : NTD News

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé