Belgique : les deux occupants de la voiture ayant foncé sur la foule revenaient de discothèque

22 mars 2022 Mis à jour: 22 mars 2022
FONT BFONT SText size

Les deux occupants du véhicule qui a foncé dimanche 20 mars dans une foule rassemblée pour un carnaval en Belgique ont été présentés à une juge d’instruction lundi et leurs analyses toxicologiques sont en cours, a indiqué le procureur de Mons.

L’un des deux occupants de la voiture avait un taux d’alcool positif, mais il ne s’agit « apparemment pas » du chauffeur, selon le procureur général de Mons, Ignacio de la Serna, lors d’une interview sur la radio Bel RTL. Des prises de sang doivent permettre de confirmer ce test et de vérifier la consommation de drogues, a-t-il précisé, citant l’ecstasy.

Les deux hommes sont selon la presse deux cousins âgés de 32 et 34 ans prénommés Paolo et Nino, qui étaient de retour de discothèque et sont originaires de La Louvière, commune de Wallonie qui englobe le village de Strépy-Bracquegnies où s’est produit le drame.

Une enquête ouverte pour « meurtre »

La tragédie s’est produite dimanche vers 05H00 (04H00 GMT), faisant six morts, 10 blessés graves dont un se trouve dans le coma, et une vingtaine de blessés plus légers. Le véhicule a foncé dans un groupe de ramassage de 200 personnes qui étaient costumées pour le carnaval.

Les autorités ont exclu à ce stade la thèse d’un attentat. Les deux occupants de la voiture, qui ont été entendus une première fois par les enquêteurs, n’ont pas « pour l’instant » donné « vraiment d’explications », selon M. de la Serna.

« On a des informations (selon lesquelles) ce sont des personnes qui aiment bien les voitures et la vitesse, mais cela reste assez flou (…) En 2017, l’un des deux a fait l’objet d’un retrait de permis, mais a repassé les examens après », a poursuivi le procureur. Les enquêteurs veulent aussi vérifier que le passager n’a pas remplacé le conducteur, « puisque le véhicule s’est arrêté » plus loin après avoir percuté le groupe.

L’enquête a été ouverte pour « meurtre » : « Ce qui est quand même très surprenant, c’est la vitesse et l’absence de freinage », a commenté le procureur.

Absence de freinage

Une équipe spécialisée examine la voiture « à la loupe » et notamment ses composants électroniques, puisqu’il s’agit d’un « véhicule assez neuf » et « qui pourra expliquer pas mal de choses », a poursuivi M. de la Serna.

Le drame a suscité une vive émotion en Belgique, où villes et villages organisent de nombreux défilés de rue pour le carnaval pendant le Carême, une tradition de retour cette année après la longue interruption due à la pandémie du Covid-19 – causé par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé