Le bébé né 14 semaines en avance est maintenant une enfant de 6 ans qui apprend l’entrepreneuriat auprès de sa grand-mère

2 juillet 2022 Mis à jour: 2 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Une petite fille née 14 semaines en avance et pesant moins de 1 kg a déjoué les pronostics en survivant sans aucun problème de santé à long terme.

Aujourd’hui, c’est une fillette de 6 ans, heureuse et curieuse, qui est devenue une entrepreneure aux côtés de sa grand-mère, propriétaire d’une ferme qui est un « coin de paradis » sur Terre.

La date d’arrivée de Kai Ferguson était initialement prévue pour le réveillon de Noël 2015, qui était aussi l’anniversaire de son père. Cependant, elle est arrivée au monde en septembre et a passé plus de trois mois dans une unité de soins intensifs néonatals. Alors que ses parents suivaient les statistiques quotidiennes de « ce qui pouvait mal tourner » pour elle, la petite Kai a prouvé qu’elle était plus forte que ses épreuves.

Aujourd’hui, elle s’épanouit. La femme d’affaires en herbe partage également un lien spécial avec sa grand-mère et sa ferme, où elle a appris diverses choses en explorant la merveilleuse nature qui l’entoure.

« Elle est très extravertie, pleine d’énergie et n’a peur de rien. Elle se débrouille très bien », a confié sa mère, Krista, une directrice fiscale de North Little Rock en Arkansas, à Epoch Times. « Sur le plan scolaire, elle est déjà en avance de plusieurs niveaux et, en la regardant, on ne pourrait jamais dire qu’elle est née prématurément. »

(Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)
Kai avec ses parents et son frère (à g.) ; Kai avec sa grand-mère (à dr.) (Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)

Naissance prématurée

Krista, âgée de 35 ans, n’a appris qu’elle était enceinte de Kai qu’à 14 semaines, lors d’un rendez-vous de routine chez le médecin. Elle a dit qu’elle n’avait « aucune indication » qu’elle était enceinte. « C’était assez rapide puisque je ne l’ai découvert qu’après le premier trimestre et que [Kai] est née à 26 semaines. Tout semblait normal et elle se développait comme prévu », a dit Krista.

Plus de trois mois avant la date prévue de l’accouchement, Krista a senti que quelque chose n’allait pas et est allée aux urgences.

« Mon mari travaillait tôt ce matin-là, alors je lui ai dit qu’il n’avait pas besoin de venir », se souvient-elle. « Ils ont fait quelques examens à l’hôpital et m’ont renvoyée chez moi en disant que tout allait bien. Je suis allée travailler ce jour-là (…) vers 14 h, j’avais vraiment très mal. »

Krista a commencé le travail et a été envoyée au centre médical UAMS pour le travail et l’accouchement. Après avoir perdu ses eaux, un médecin a dit à Krista de commencer à pousser immédiatement. Le bébé Kai est venu au monde le 16 septembre 2015. Pesant moins de 800 g, Kai a été transportée d’urgence à l’USIN pour être placée dans une couveuse.

Tout le monde était « très nerveux et paniquait », a dit Krista. « Elle était incroyablement petite. La première fois que je l’ai vue, elle était dans la couveuse. J’étais tellement heureuse de la voir, mais c’était aussi très difficile de voir quelqu’un d’aussi petit branché à toutes ces machines. »

(Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)
(Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)

Kai est restée à l’hôpital jusqu’au matin de la veille de Noël, le jour où elle aurait dû naître. Krista se souvient de ces trois mois « très longs », dont la première moitié a été la plus difficile à supporter, car la fragile Kai était toujours dans une couveuse et ne pouvait être prise dans les bras sans la présence d’une infirmière.

Krista a repris le travail quatre jours après la naissance de Kai, mais elle allait à l’hôpital avant et après le travail. L’unité de soins intensifs néonatals était équipée de caméras, ce qui lui permettait de surveiller son bébé.

« Les infirmières qui travaillaient à l’USIN étaient incroyables et m’appelaient chaque fois qu’il y avait une mise à jour, positive ou négative », a-t-elle expliqué. Elles mettaient aussi de jolis messages à côté de Kai dans la couveuse, car elles savaient que je les verrais sur la caméra : « Salut maman ! » « Je passe une super journée ! »

Au fil des mois, Krista et sa famille ont vu Kai grandir et s’épanouir. Six ans plus tard, leur fille prématurée se porte bien.

« Elle adore faire de l’art, chanter, jouer de la batterie et jouer dehors à la ferme de sa grand-mère », a dit Krista. « Nous avons eu la chance incroyable qu’elle n’ait souffert d’aucun effet à long terme après être née si tôt. »

(Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)

S’épanouir au sein de la nature

Kai a un lien spécial avec sa grand-mère, Cathy Messer, qu’elle appelle « Gummy ».

Cathy, âgée de 64 ans, est propriétaire d’une franchise de pizzas. Depuis 2012, elle gère également une petite ferme de 13 acres dans le centre de l’Arkansas, avec une ancienne amie de lycée avec laquelle elle a repris contact après être devenue veuve il y a 15 ans.

Elle a raconté à Epoch Times : « Comme nous étions toutes les deux novices dans ce domaine, tous nos animaux étaient des ‘minis’ – ânes méditerranéens, vaches Dexter, chèvres naines nigérianes, poulets Bantam – et la ferme a été baptisée Middle Earth Farm. Il y a la forêt, des pâturages, un bel étang et des jardins partout. C’est vraiment un petit coin de paradis. »

Cathy adore partager la ferme avec ses petits-enfants, ce qui l’a aidée à les encourager à « apprendre à apprécier les choses simples ».

« Avec leurs vies remplies d’école et d’ordinateurs, de jeux vidéo et d’activités parascolaires, je pense que c’est bon pour eux de ralentir », a souligné Cathy.

(Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)

Depuis la naissance de Kai, Cathy s’occupe d’elle l’après-midi. La fillette et son frère de 4 ans adorent passer du temps avec leur grand-mère dans la nature, plutôt que de jouer à des jeux vidéo ou de regarder la télévision.

« Elle est naturellement curieuse et pose beaucoup de questions. J’avais l’habitude de me vanter que Kai était la seule enfant de 2 ans capable de faire la différence entre les canards, les poulets et les cochons d’inde », raconte Cathy. « Alors que maman et papa ont une belle maison de ville, Gummy a une très belle terre. »

« C’est drôle. Ils aiment toujours venir ici pour jouer. Même avec les jouets, les tablettes et les téléviseurs, ils choisissent de jouer avec des pierres et des rondins. C’est un endroit merveilleux pour explorer et apprendre. »

D’un naturel curieux, Kai a également surmonté son appréhension à l’égard des « abeilles qui piquent » à la ferme de Cathy, allant jusqu’à demander à sa grand-mère son propre vêtement d’apicultrice et une ruche dont elle s’occuperait. Lorsque la ferme est passée de deux à neuf ruches, Cathy a permis à Kai de peindre une ruche près de la maison et de la visiter souvent.

Très vite, Kai a découvert que ses « abeilles butineuses » pouvaient offrir bien plus qu’un décor fascinant.

« Nous avons examiné des morceaux de cire d’abeille, nous avons goûté plein de miel, et j’ai expliqué que leur cire était utile aussi », ajoute Cathy. « Kai a toujours aimé le baume à lèvres. Lorsque nous avons examiné la cire d’abeille, je lui ai dit que c’était un ingrédient important de ses baumes à lèvres. »

« Nous avons cherché en ligne des recettes simples de baume à lèvres et en avons trouvé une qui comprenait de la cire d’abeille et du miel. Kai l’a nommé elle-même, en disant qu’il faisait ‘briller votre sourire’. »

(Avec l’aimable autorisation de Cathy Messer)

Avec une photo de Kai sur l’étiquette, une poignée de baumes à lèvres Smile Shine a trouvé les destinataires parfaits : les infirmières de l’UAMS NICU où Kai a commencé sa vie.

La réunion annuelle de l’UAMS NICU est « toujours un événement heureux et très populaire », a dit Cathy. Kai, toute heureuse, a offert à chacune de ses anciennes infirmières un tube de Smile Shine. En plus, elle a offert un don de 500 dollars (environ 475 euros) provenant de la vente de 500 baumes à lèvres pour aider d’autres bébés dont elles s’occupent.

« Kai était impatiente d’aider », a dit Cathy. « L’unité de soins intensifs néonatals a été surprise et heureuse de recevoir le don et encore plus impressionnée par le fait qu’il provenait d’une de leurs anciennes petites patientes ! »

Kai a vendu tous les Smile Shine qu’elle et Cathy ont fabriqués ensemble à la famille, aux amis et aux gens de la région. Le duo industrieux espère en fabriquer d’autres lorsque leurs abeilles seront « occupées à fournir plus de cire d’abeille ».

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé