Au milieu des protestations, le régime chinois érige à Trèves une statue de Karl Marx

Le 200e anniversaire de Karl Marx, le père fondateur du communisme, a été célébré en fanfare par le régime chinois.

Bien que ce jour tombe le 5 mai, pendant toute une semaine les médias étatiques chinois ne cessaient de diffuser des documentaires et des talk-shows consacrés à Marx lors des émissions télévisées en prime time. Le 4 mai, alors qu’une délégation commerciale américaine discutait avec ses homologues de Pékin comment remanier leurs relations commerciales, le Comité permanent du Politburo – les sept hommes au sommet du Parti communiste chinois qui détiennent la réalité du pouvoir en Chine – a organisé un événement commémoratif à Pékin. Lors de cet événement, le dirigeant chinois Xi Jinping a fait un discours télévisé à l’échelle nationale où il couvrait de louanges la voie « absolument correcte » du marxisme. Il a exhorté les membres du Parti à étudier les théories marxistes comme un « mode de vie » et une « quête spirituelle ».

L’Université de Pékin – l’université de l’élite chinoise – a également tenu une conférence de deux jours sur le marxisme.

En réalité, le régime chinois manifeste tous les signes d’une société capitaliste – de la consommation ostentatoire à la modernisation rapide. Bien que cela semble contredire la rhétorique marxiste du Parti, l’anniversaire de Marx lui a donné l’occasion de prétendre que le communisme était toujours pertinent en Chine – et ainsi de légitimer son règne.

« Nous devons apprendre la théorie et les enseignements marxistes, approfondir la compréhension théorique et pratique du sens du marxisme ainsi que concevoir sa nécessité historique et son exactitude scientifique », a déclaré Xi Jinping dans un discours prononcé à la conférence de l’Université de Pékin, le 2 mai dernier.

Liu Yinquan, ancien professeur d’historiographie chinoise, a expliqué pourquoi le régime tient fermement au marxisme : « Le régime chinois veut commémorer Marx en grande pompe parce qu’il veut renforcer son règne sur les citoyens chinois, consolider le fondement de sa domination sur les gens et préserver sa direction autoritaire du parti unique.»

 

Vue générale de la place de la Cathédrale à Trèves, le 9 août 2008. Trèves est la plus ancienne ville d’Allemagne. (Christof Koepsel/Getty Images)

Le régime chinois était si enthousiaste à l’idée de célébrer l’anniversaire de Marx qu’il a offert à Trèves, la ville natale de Marx en Allemagne, une statue de cet homme.

Cependant, les Allemands locaux n’étaient pas aux anges. Le 5 mai, le jour où la statue aurait dû être dévoilée, de nombreuses personnes se sont rassemblées pour protester. Parmi elles se trouvaient des représentants de Free Tibet, une organisation qui prône la souveraineté tibétaine ; des membres du parti politique allemand AfD (Alternative for Deutschland) ; et des pratiquants de Falun Gong, une discipline spirituelle interdite et violemment persécutée par le régime chinois.

Les pratiquants de Falun Gong manifestent à Trèves pour sensibiliser les gens aux violations des droits de l’homme en Chine communiste. (Matthias Kehrein/Epoch Times)

Une banderole dressée par les membres de l’AfD affichait le nombre de personnes tuées par les régimes communistes : 65 millions en Chine, 20 millions dans l’ex-Union soviétique, 2 millions au Cambodge.

Alexander Bauersfeld, un militant des droits de l’homme de Hanovre, a rejoint la manifestation en tant que victime de persécution alors qu’il vivait dans l’ex-Allemagne de l’Est. « Cette statue est un symbole des violations des droits de l’homme », a-t-il déclaré. « Je suis venu pour protester parce que je soutiens les droits de l’homme en Chine. Dans environ un mois, ce sera le 29e anniversaire du massacre de la place Tiananmen. Que ce soit un régime communiste de l’époque ou d’aujourd’hui, il illustre ce qui se cache derrière cette statue. »

Un étudiant de l’Université de Trèves a expliqué pourquoi il était opposé à la présence de la statue dans la ville : « C’est la Chine qui essaie de mettre en valeur son pouvoir et son influence. »

Les pratiquants de Falun Gong ont tenu un stand dans le centre-ville de Trèves pour collecter des signatures sous une pétition appelant à mettre fin aux violations des droits de l’homme en Chine. Selon les estimations du bureau de presse du Falun Gong, depuis 1999, des milliers de pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés, emprisonnés et torturés pour avoir pratiqué leur discipline spirituelle. Plus de 4 000 parmi eux ont été confirmés comme avoir été persécutés jusqu’à la mort. Toutefois, en raison du strict contrôle de l’information par le régime chinois, ce chiffre ne devrait représenter qu’une fraction du nombre réel de décès.

Annie Wu

Version originale

 
 
 
 

Mondial: Allusions au Kosovo et Tribunal pénal international, quand Serbie-Suisse dérape…

Mondial: Allusions au Kosovo et Tribunal pénal international, quand Serbie-Suisse dérape…
Ça n'aurait dû être qu'un match du Mondial-2018, mais entre des célébrations de buts pro-Kosovo et une référence ...
LIRE LA SUITE
 

Immigration et terrorisme : les deux plus grandes inquiétudes des Européens

Immigration et terrorisme : les deux plus grandes inquiétudes des Européens
Un nouveau sondage révèle que le terrorisme et l'immigration sont les plus grandes inquiétudes exprimées par les citoyens ...
LIRE LA SUITE
 

L’esprit de 1968 et son héritage

L’esprit de 1968 et son héritage
Faut-il y voir l'ancienne conception "Panem et circenses" (Du pain et des jeux) ? Le pendule peut-il revenir ...
LIRE LA SUITE
 

L’alcoolisme l’empêchait de réaliser son rêve – maintenant il partage sa passion avec le monde entier

L’alcoolisme l’empêchait de réaliser son rêve – maintenant il partage sa passion avec le monde entier
Toute création qui en vaut la peine commence par un rêve. D'où proviennent les compositions de Frédéric Chopin, ...
LIRE LA SUITE