Suisse: une ancienne prostituée condamnée à neuf ans de prison pour une attaque jihadiste

19 septembre 2022 Mis à jour: 20 septembre 2022
FONT BFONT SText size

La justice suisse a condamné lundi à neuf ans de prison une Suissesse ayant tenté d’égorger deux femmes au nom du groupe jihadiste Etat islamique mais a suspendu sa peine pour qu’elle suive un traitement psychiatrique.

La jeune femme, dont le nom ne doit pas être publié à la demande du tribunal, a été condamnée par le tribunal pénal fédéral pour « tentatives répétées d’assassinat », violation de l’article de la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique (EI) ainsi que les organisations apparentées, et pour exercice illicite répété de la prostitution.

Le 24 novembre 2020, elle avait tenté d’égorger une cliente et une vendeuse d’un grand magasin de Lugano (Sud), région italophone de Suisse, avec un couteau à pain acheté sur place. La première victime avait été grièvement blessée au cou. La seconde avait été blessée à la main et était parvenue à maîtriser l’assaillante avec d’autres personnes.

« Tentatives d’assassinats à motivation jihadiste »

Il s’agit bien de « tentatives d’assassinats à motivation jihadiste », a affirmé la présidente du tribunal Fiorenza Bergomi, en faisant notamment valoir que lors de l’attaque, la jeune femme a dit à plusieurs reprises « Allahou Akbar » (Dieu est le plus grand).

Pour la cour, elle a agi avec une totale absence de scrupules, avec un mobile et un but particulièrement odieux, et n’a fait preuve d’aucune forme de repentir, ni au cours de l’enquête, ni pendant les débats.

Elle a « agi de sang-froid » et « a planifié l’acte », a assuré Mme Bergomi.

La cour l’a condamnée à une peine privative de liberté de neuf ans et à une amende de 2.000 francs suisses et a également ordonné qu’un traitement institutionnel psychiatrique soit effectué dans un établissement fermé.

Elle a par ailleurs été condamnée à verser à la victime grièvement blessé 30.000 francs (31.000 euros) à titre de réparation du tort moral et 11.000 francs à titre de participation à ses frais d’avocat.

Dans un communiqué, le Ministère public de la Confédération (procureur général) a indiqué qu’il « décidera de la suite de la procédure » dès qu’il disposera du jugement écrit et motivé.

Tenant compte du fait que les experts ont conclu à la « responsabilité restreinte » de l’accusée qui souffre de problèmes psychiatriques et au risque de récidive qu’elle présente, la cour a ordonné que la peine de réclusion soit suspendue pendant la durée du traitement.

Cette durée peut être « particulièrement longue », a déclaré auprès de l’AFP l’avocat de la jeune femme, Daniele Iuliucci.

« La peine est satisfaisante »

« La peine est satisfaisante », a-t-il dit, en soulignant que la défense avait demandé une peine de 8 ans de prison alors que le parquet fédéral avait requis 14 années. Il n’a toutefois pas dit si la défense allait faire appel.

La jeune femme est suivie par des psychologues depuis son enfance. Sa santé mentale a été au coeur de ce procès qui s’est tenu la semaine du 29 août au tribunal pénal fédéral à Bellinzone. Selon les experts, elle souffre d’un léger retard mental et d’une forme de schizophrénie.

La présidente du tribunal a souligné lundi qu’« il existe – quand on parle de terrorisme – des personnes qui présentent des troubles psychiatriques qui n’appartiennent pas à des organisations terroristes, mais qui sont considérées comme des loups solitaires ».

« Amoureuse » d’un combattant jihadiste

Elle était connue des autorités.

Selon la police suisse, elle était « tombée amoureuse » sur les réseaux sociaux d’un combattant jihadiste en Syrie qu’elle avait tenté de rejoindre en 2017 avant d’être arrêtée à la frontière turco-syrienne et renvoyée en Suisse, puis placée dans une institution psychiatrique.

De père suisse et mère serbe, la jeune femme s’est convertie à l’islam après avoir été mariée à un Afghan dont elle a fini par divorcer l’an dernier.

La Suisse n’a jamais connu d’attentat jihadiste à grande échelle mais deux attaques au couteau en 2020, à Lugano et Morges (Ouest).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé