Une ancienne accro à l’héroïne change de vie après avoir appris qu’il lui restait un an à vivre

Par GQ Pan
4 septembre 2019 Mis à jour: 4 septembre 2019
FONT BFONT SText size

Ayant appris qu’elle n’avait plus que quelques mois à vivre si elle n’abandonnait pas sa dépendance à la drogue, une femme célèbre une année d’abstinence.

Caroline Best était accro à l’héroïne et au crack et a passé les 15 dernières années en prison pour vol à l’étalage.

En août dernier, des médecins lui ont dit que son cœur avait commencé à lâcher et qu’ils ne pourraient pas l’opérer avant qu’elle ne renonce à la drogue, a fait savoir la police des West Midlands en Angleterre dans un communiqué de presse.

La jeune femme de 36 ans a confié qu’on lui avait dit qu’il ne lui restait que 12 mois à vivre.

Caroline Best a changé de vie après que les médecins lui ont dit qu’il lui restait 1 an à vivre. (Police des West Midlands)

L’agent Stuart Toogood, de la police des West Midlands, a contacté Caroline pour l’aider à changer les choses et à s’inscrire à un programme intensif de réadaptation.

Le 27 août, Caroline a célébré 12 mois d’abstinence.

On lui a également dit qu’elle n’avait plus besoin d’une opération cardiaque après avoir vaincu sa dépendance à la drogue, a dit la police.

« Grâce à Stuart Toogood, je suis maintenant un membre productif de la société et je le remercie de m’avoir aidée à faire quelque chose que je ne pouvais pas faire toute seule », a dit Caroline, qui aide maintenant Stuart à travailler avec d’autres délinquants, pour « les sortir d’une vie de hors la loi ».

« Je suis la preuve vivante que nous pouvons nous rétablir », a-t-elle ajouté.

Ancienne toxicomane prolifique et voleuse à l’étalage, Caroline a maintenant réussi à changer sa vie. (Police des Midlands de l’Ouest)

Stuart Toogood a déclaré que le programme de réadaptation a jusqu’à présent permis de placer neuf délinquants prolifiques en réadaptation.

« Sur les cinq personnes qui ont terminé le programme, une a obtenu un emploi à temps plein chez Timpson, deux ont travaillé comme bénévoles pour l’organisme de bienfaisance Birmingham Mind et ont suivi des cours d’éducation pour adultes », a déclaré M. Toogood.

« Ils ont également été les ambassadeurs du projet de la police des Midlands de l’Ouest, qui a été présenté à plusieurs conférences d’affaires afin de sensibiliser les gens d’affaires au programme et à ses avantages pour eux », a déclaré la police.

« Et deux personnes sont en postcure dans des maisons de rééducation de jour, l’une devrait bientôt trouver un emploi et l’autre est sur le point de suivre des cours d’éducation pour adultes. Quatre autres personnes sont actuellement en traitement et vont bien. Plusieurs autres sont en cours d’évaluation pour un placement en centre de rééducation. »

Stuart Toogood, qui fait partie de l’équipe de Birmingham Neighborhood, a déclaré que le programme a entraîné une « réduction considérable » des vols dans et autour des régions de Birmingham Nord et Est, car de nombreuses infractions ont été commises par un noyau de base de délinquants.

Statistiques : Décès dus à la drogue au Royaume-Uni

Selon l’Office of National Statistics du Royaume-Uni, le nombre de décès liés à la cocaïne a atteint un niveau record en Angleterre et au Pays de Galles l’an dernier. En 2018, il y a eu 637 décès liés à la cocaïne, soit près du double du nombre enregistré quelques années plus tôt, en 2015, où il y avait 320 décès.

Le rapport a également constaté que l’héroïne et la morphine continuaient d’être les opiacés les plus fréquemment mentionnés, avec 1 336 décès résultant d’un empoisonnement aux drogues mentionnant l’une de ces substances en 2018. Cela équivaut à un taux de 23,4 décès par million d’habitants, soit une augmentation statistiquement significative par rapport au taux de 2017 (20,5 décès par million).

Les overdoses de fentanyl aux États-Unis

En août, le président Donald Trump a exhorté le Sénat à adopter une mesure visant à empêcher le transport de drogues opioïdes synthétiques comme le fentanyl aux États-Unis par le système postal américain.

« Il est scandaleux que de l’héroïne synthétique toxique, le fentanyl arrive de Chine en circulant dans le système postal américain », a-t-il écrit le 20 août.

Sacs d’héroïne exposés après une importante saisie de drogue, au bureau du procureur général de New York à N.Y.C., le 23 septembre 2016. (Drew Angererer/Getty Images)

L’expédition de fentanyl de la Chine vers les États-Unis est « presque une forme de guerre », a dit M. Trump en août.

« En Chine, il y a de grosses entreprises qui envoient ces ordures et tuent notre peuple », a dit M. Trump à l’époque.

Plus de 71 500 Américains sont morts d’une surdose en 2017, selon les données publiées par les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (U.S. Centers for Disease Control and Prevention).

La majorité – soit au moins 68 % – de ces décès pourraient être attribués aux opioïdes comme le fentanyl.

« [Les fabricants de médicaments chinois] utilisent Internet pour vendre du fentanyl et des substances analogues au fentanyl aux trafiquants de drogue et à leurs clients aux États-Unis », a déclaré le sous-procureur général Rod Rosenstein dans un communiqué du 17 octobre 2017.

Jack Phillips, journaliste d’Epoch Times, a contribué à ce rapport.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé