Free: amende de 300.000 euros pour manquements à la sécurité des données

8 décembre 2022 Mis à jour: 8 décembre 2022
FONT BFONT SText size

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a sanctionné jeudi 8 décembre l’opérateur de téléphonie Free d’une amende de 300.000 euros pour ne pas avoir respecté « les droits des personnes » et « la sécurité des données » de ses utilisateurs.

Des contrôles ont ainsi permis de constater « plusieurs manquements », notamment au « droit d’accès et (au) droit d’effacement », ainsi qu’à la « sécurité des données », a expliqué la CNIL, saisie de plusieurs plaintes.

Elle cite les exemples de « faible robustesse » des mots de passe, de « stockage et transmission en clair » des mots de passe, ou encore la « remise en circulation » d’environ 4100 boîtiers Freebox « mal reconditionnés ».

L’annonce de cette amende significative de 300.000 euros, qui prend en compte « la taille et la situation financière de la société », se justifie par « la nécessité de rappeler l’importance de traiter les demandes de droit des personnes et de sécuriser les données des utilisateurs », a encore souligné la Commission.

En janvier dernier, la filiale du groupe Iliad avait déjà été sanctionnée par la CNIL d’une amende de 300.000 euros pour des motifs similaires.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé