Comment améliorer la fonction pulmonaire : 3 façons et 4 exercices simples

29 juillet 2022 Mis à jour: 29 juillet 2022
FONT BFONT SText size

De nos jours, les gens sont souvent incapables d’étirer complètement leur cage thoracique lorsqu’ils respirent, en raison d’une mauvaise posture. Les patients souffrant d’obstruction pulmonaire, d’asthme, de fibrose pulmonaire et d’autres maladies pulmonaires ont le souffle court, ce qui affecte leur qualité de vie.

Mais les exercices de réadaptation pulmonaire peuvent renforcer les groupes de muscles respiratoires, améliorer la fonction pulmonaire et soulager les symptômes des maladies pulmonaires.

Maladies qui affaiblissent la fonction pulmonaire

Il existe deux types courants de maladies pulmonaires qui peuvent affaiblir la fonction pulmonaire.

Maladie pulmonaire obstructive : le patient est incapable d’expulser tout l’air de ses poumons. Il peut s’agir par exemple d’une lésion pulmonaire ou d’un rétrécissement des voies respiratoires dus à une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), à l’asthme ou à une bronchectasie.

Maladie pulmonaire restrictive : il y a une diminution du volume total d’air que les poumons sont capables de contenir. Par exemple, la fibrose pulmonaire, les pneumopathies interstitielles, la scoliose et l’obésité peuvent entraîner une rigidité des poumons, une oppression de la cage thoracique et une faiblesse des muscles respiratoires.

Les symptômes communs à ces deux groupes de patients sont une respiration tendue et un essoufflement. Comme les patients ont une respiration sifflante dès qu’ils bougent, ils essaient d’éviter encore plus de bouger. Cela crée un cercle vicieux et leurs performances physiques diminuent lentement.

En fait, l’exercice est le meilleur traitement de réadaptation pour les maladies pulmonaires. Les exercices de réadaptation pulmonaire peuvent améliorer l’endurance et la force des muscles respiratoires et des muscles environnants, ce qui peut à son tour améliorer la fonction pulmonaire et atténuer des symptômes tels que l’essoufflement.

« Par exemple, pour les patients atteints de fibrose pulmonaire, si leur fonction pulmonaire n’est que de trois quarts, la réadaptation pulmonaire peut améliorer la fonction restante à quatre cinquièmes ou cinq sixièmes », déclare Mme Jen‑Ting Lee, physiothérapeute au département de médecine physique et de réadaptation de l’hôpital général des vétérans de Taipei à Taïwan.

Trois principaux exercices de réadaptation pulmonaire pour améliorer la fonction pulmonaire

Exercice d’aérobic

L’exercice d’aérobic est un mouvement rythmique des grands muscles de l’ensemble du corps, qui peut améliorer l’absorption d’oxygène par les muscles et la fonction cardiorespiratoire.

La gymnastique suédoise, la marche, le jogging et le vélo sont autant d’exercices que l’on peut pratiquer fréquemment. La durée des exercices doit être d’au moins 20 à 40 minutes à la fois.

Cependant, certains patients atteints de maladies pulmonaires ne peuvent pas faire des exercices pendant 20 minutes à la fois ; ils peuvent faire des exercices plusieurs fois par jour, pour que la durée totale de l’exercice s’élève à 20 minutes. Les résultats seront visibles après avoir fait les exercices trois à cinq fois par semaine pendant huit à douze semaines.

Entraînement musculaire

L’entraînement musculaire peut améliorer l’endurance et la force musculaire, et donc l’intensité de la respiration et la tolérance à l’effort.

Les muscles respiratoires sont principalement composés des muscles du diaphragme. Cependant, le renforcement des muscles du diaphragme seul ne suffit pas. Si vous voulez respirer plus facilement pendant l’exercice, vous devez également entraîner d’autres muscles respiratoires accessoires.

« Ces muscles respiratoires accessoires sont tous situés dans la partie supérieure du corps. Ainsi, pour les patients atteints de maladies pulmonaires, il est important d’entraîner les muscles du haut du corps », déclare le Dr Lee.

On peut utiliser des haltères, des bandes élastiques et d’autres outils pour augmenter le poids pendant l’exercice. La force de départ de l’entraînement est de 50 à 60% du maximum d’une répétition (1RM). Le 1RM est le poids maximum qu’une personne peut supporter à un moment donné. Par exemple, si une personne ne peut pas soulever un haltère de 10kg une deuxième fois après l’avoir soulevé une fois de toutes ses forces, alors 10kg est son 1RM. On peut augmenter la force progressivement au fur et à mesure de l’entraînement.

Exercices respiratoires

La respiration thoracique, la respiration abdominale, la respiration localisée et la respiration complète peuvent toutes entraîner les poumons.

En parlant d’exercices respiratoires, les gens pensent d’abord à la respiration abdominale. La respiration abdominale est en effet le meilleur moyen d’échanger des gaz, mais cet exercice peut ne pas convenir à certaines personnes, comme celles souffrant de maladies pulmonaires obstructives. Si on ne se sent pas à l’aise avec la respiration abdominale, il est tout aussi efficace d’utiliser d’autres méthodes de respiration.

Respiration abdominale

Il faut placer ses mains sur son abdomen, inspirer lentement par le nez et sentir son abdomen se gonfler. Après avoir inspiré à fond, on expire lentement par la bouche.

Exercice de rééducation pulmonaire : respiration abdominale + expiration des lèvres rondes

« Beaucoup de gens s’y prennent mal, parce qu’ils poussent trop fort leurs muscles abdominaux », souligne le Dr Lee. Lorsque le corps se détend et permet aux poumons de retenir l’air, le diaphragme exerce une pression vers le bas et le ventre se gonfle naturellement.

Les personnes atteintes d’une maladie pulmonaire obstructive sont incapables d’expirer tout l’air contenu dans leurs poumons. Elles peuvent utiliser la méthode de l’« expiration à lèvres rondes », qui consiste à expirer en fronçant les lèvres. L’expiration à lèvres rondes peut augmenter la pression positive dans les voies respiratoires pour aider à évacuer l’air.

Respiration thoracique

Il faut placer ses mains sur la poitrine, inspirer lentement par le nez, en sentant l’air remplir la cage thoracique, et les mains se soulèvent légèrement en même temps que la poitrine. Après avoir inspiré à fond, on expire lentement par la bouche.

Exercice de rééducation pulmonaire : respiration thoracique

Lorsqu’on respire, on doit prêter attention à la relaxation des muscles des épaules et du cou, en particulier au fait que les épaules ne doivent pas être relevées.

Respiration localisée

Il s’agit de placer les deux mains sur les côtes, et les doigts s’écarteront légèrement en raison de l’expansion de la cage thoracique lorsqu’on inspirera à fond. Il est préférable de faire cet exercice en position allongée, car les épaules sont détendues en position allongée, il n’est donc pas facile d’utiliser la force des épaules. Et l’effet sera meilleur.

Exercice de rééducation pulmonaire : respiration localisée, avec de meilleurs résultats en position allongée

Les muscles respiratoires accessoires les plus importants sont les muscles intercostaux. Il y a 12 côtes, les côtes 1 à 6 étant les côtes supérieures et les 7 à 12 côtes étant les côtes inférieures.

Lorsqu’on inspire à fond, les côtes supérieures se déploient vers l’avant pour augmenter l’espace entre l’avant et l’arrière de la cage thoracique, et les côtes inférieures s’ouvrent vers le haut et sur les côtés pour augmenter les espaces gauches et droits de la cage thoracique. Par conséquent, l’ensemble du thorax s’ouvre.

La respiration localisée entraîne les muscles intercostaux, ce qui permet au thorax de se déployer plus complètement pendant la respiration. Cet entraînement est très important pour les patients souffrant de maladies pulmonaires restrictives.

Respiration complète (c’est‑à‑dire respiration thoracique + respiration abdominale)

Il est question de placer une main sur la poitrine et l’autre sur l’abdomen. Lorsqu’on inspire, l’abdomen se gonfle naturellement, puis on inspire délibérément un peu plus, de sorte que la poitrine se gonfle aussi légèrement. Puis on expire. Si on ne parvient pas à expulser tout l’air des poumons, on peut baisser légèrement la tête pour expirer tout l’air.

Exercice de rééducation pulmonaire : respiration complète

La façon dont les gens respirent normalement est la respiration complète. Cependant, l’entraînement à la respiration complète est plus intense que la respiration normale.

Lorsqu’on fait des exercices de respiration, on peut les combiner avec des exercices thoraciques, afin d’élargir plus complètement la cage thoracique.

Pour ce faire, on ouvre les bras sur les côtés du corps lorsqu’on inspire et les replie comme pour tenir un ballon lorsqu’on expire, puis on croise les bras dans la partie inférieure avant du corps, en regardant vers le nombril. Les exercices thoraciques sont également bénéfiques pour les personnes ayant la poitrine serrée et une mauvaise respiration.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé