Afghanistan: levée de boucliers dans le monde pour dénoncer les restrictions à la liberté des femmes

13 mai 2022 Mis à jour: 13 mai 2022
FONT BFONT SText size

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7 ont condamné jeudi les limitations de plus en plus sévères imposées par les talibans à la liberté des femmes afghanes, objet le même jour d’une réunion à huis clos à New York du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Nous condamnons l’introduction de mesures de plus en plus restrictives, qui réduisent fortement la capacité d’une moitié de la population de participer à la société » de manière libre et avec des droits égaux, ont affirmé dans une déclaration les ministres réunis cette semaine en Allemagne.

Lever de « façon urgente » les restrictions imposées aux filles et aux femmes

Les talibans s’isolent « ainsi un peu plus de la communauté internationale », ont jugé les ministres du G7 — Allemagne, France, Italie, Canada, Etats-Unis, Japon et Royaume-Uni –, appelant les fondamentalistes à lever de « façon urgente » les restrictions imposées aux filles et aux femmes.

Ces pays se réfèrent entre autres à un décret promulgué la semaine passée imposant aux femmes le port du voile intégral en public. Fin mars, les talibans avaient aussi fait refermer aux filles l’accès aux lycées et collèges, quelques heures à peine après leur réouverture annoncée de longue date.

Interdit aux hommes et femmes de manger ensemble au restaurant

Les autorités talibanes de la ville d’Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan, ont en outre interdit aux hommes et femmes de manger ensemble au restaurant, y compris s’ils sont mariés, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Pour l’envoyé spécial de l’Union européenne en Afghanistan, Tomas Niklasson, la décision des talibans d’exclure les filles des écoles secondaires en Afghanistan a « soulevé des doutes » sur leur détermination à tenir leurs promesses et reste un obstacle majeur à leur reconnaissance internationale. Cette volte-face a « soulevé des doutes (…) sur la crédibilité de leurs promesses et sur leur fiabilité en tant que partenaire », a-t-il dit jeudi.

A New York,le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu à l’initiative de la Norvège une réunion à huis clos qui pourrait être suivie dans les prochains jours d’une déclaration unanime condamnant les restrictions imposées aux femmes.

« Droit à l’éducation pour tous les Afghans dont les filles »

Fin mars, le Conseil avait adopté à l’unanimité un premier communiqué exprimant « sa profonde préoccupation » sur la privation d’école pour les adolescentes et réaffirmant « le droit à l’éducation pour tous les Afghans dont les filles ».

A l’issue de la réunion, l’ambassadrice du Royaume-Uni, Barbara Woodward, a fustigé la volonté des talibans de faire sortir les femmes de la « vie publique ».

« C’est répressif, c’est mal » et « cela souligne l’incapacité des talibans à sortir l’Afghanistan de sa crise économique, sociale et humanitaire actuelle », a-t-elle déclaré à des médias.

Avant la session, trois pays membres non permanents du Conseil de sécurité avaient aussi vivement critiqué les restrictions imposées par les talibans.

« Les Talibans se concentrent sur l’oppression des femmes et des filles plutôt que sur la crise économique »

« Les politiques des talibans continuent de se concentrer sur l’oppression des femmes et des filles plutôt que sur la crise économique », a ainsi dénoncé l’ambassadrice norvégienne adjointe, Trine Heimerback.

Les dernières restrictions imposées aux femmes sont « tout à fait déplorables », a renchéri l’ambassadrice d’Irlande à l’ONU, Geraldine Byrne Nason. « Il est maintenant parfaitement clair que les talibans n’ont aucune intention de respecter leurs engagements envers la communauté internationale », a-t-elle ajouté.

« Les droits des femmes et des filles doivent être au centre de notre engagement collectif », a estimé l’ambassadrice adjointe du Mexique, Alicia Guadalupe Buenrostro Massieu.

A la mi-mars, le Conseil de sécurité de l’ONU avait approuvé une résolution renouvelant pour un an la mission politique de l’Organisation en Afghanistan en tablant sur une approche plus modérée des talibans, arrivés au pouvoir à la mi-août, par rapport à leur précédent exercice du pouvoir, entre 1996 et 2001.

Selon un ambassadeur s’exprimant sous couvert de l’anonymat, l’approche du secrétariat de l’ONU à l’égard des talibans s’est révélée « un peu naïve ».

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé