Affaire Shaïna à Creil : de 9 mois à un an de prison ferme requis contre les adolescents soupçonnés d’agressions sexuelles en réunion avec violences

3 février 2022 Mis à jour: 3 février 2022
FONT BFONT SText size

Entre neuf mois et un an de prison ferme contre quatre jeunes – mineurs au moment des faits – jugés à huis clos pour agressions sexuelles en réunion avec violences en août 2017. La victime âgée de 13 ans, Shaïna, a été assassinée deux ans plus tard, poignardée puis brûlée vive, à Creil, dans l’Oise.

À l’issue de deux jours de procès, le tribunal correctionnel pour enfants de Senlis a mis sa décision en délibéré au 1er mars. Deux d’entre eux, dont le principal mis en cause, alors petit ami de Shaïna, étaient âgés de 14 ans, les deux autres de 16 et 17 ans.

Désignant l’ancien petit ami comme « le meneur » du trio, le parquet a requis à son encontre deux ans de prison dont un an avec sursis probatoire, a indiqué  l’avocate de la famille de Shaïna, Me Negar Haeri.

Selon la plainte déposée par Shaïna, ce dernier aurait pris une photo d’elle dénudée, dont il se serait servi pour la faire chanter. Alors qu’elle refuse d’avoir des relations sexuelles avec lui, il l’aurait attirée dans une clinique désaffectée, où les deux autres adolescents ont participé aux violences et filmé.

Des « primo-délinquants »

Une vidéo la montrant partiellement dénudée, tentant de cacher son sexe sous les injures, sera retrouvée. Le parquet a aussi retenu contre son ancien petit copain le chef de « captation d’images de violences et d’agressions sexuelles ».

Le parquet a aussi requis neuf mois de prison ferme et six mois de sursis probatoire à l’encontre des deux autres prévenus. Les peines de prison ferme seront aménagées. Le ministère public a tenu compte du « très jeune âge » de ces « primo-délinquants », a estimé Me Haeri.

De leur côté, les prévenus, qui contestent l’agression, « ont redit que c’est Shaïna qui voulait forcer » son petit ami « a un rapport sexuel, qu’il l’a filmée pour la dissuader et qu’elle lui a ensuite fait un ‘coup de crasse' », a raconté l’avocate. Les avocats des prévenus ont tous plaidé la relaxe, invoquant un dossier vide.

Le 1er mai 2019, Shaïna portera plainte à nouveau pour avoir été passée à tabac par son ex-petit ami, des faits encore en cours d’instruction.

Puis le 25 octobre de la même année, enceinte de quelques jours, elle sera poignardée puis brûlée vive dans un cabanon de sa cité. Des faits pour lesquels un autre jeune de 17 ans, avec qui elle avait une liaison, a été mis en examen.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé