Abolir le FBI

11 mai 2021 Mis à jour: 11 mai 2021
FONT BFONT SText size

Pendant longtemps, le FBI a été le symbole admirable d’une agence de police gouvernementale qui poursuivait implacablement les méchants et appliquait les lois de manière neutre. C’est le FBI du film Les Intouchables, dans lequel l’agent spécial Eliot Ness mène son équipe dévouée d’agents armés dans un combat héroïque contre les forces du crime organisé.

Eh bien, oubliez Les Intouchables. Le FBI d’aujourd’hui a manifestement été corrompu depuis le sommet. C’est un processus qui semble avoir commencé sous le président Barack Obama, qui a perduré pendant les années du président Donald Trump et qui a maintenant atteint son malheureux nadir sous le président Joe Biden. Il est temps pour les conservateurs et les républicains de commencer à penser à se débarrasser du FBI.

Je veux mettre en lumière deux séries d’épisodes contrastés qui nous donnent une perspective sur la façon dont cette agence autrefois respectée est maintenant devenue partiale et partisane. Comparez le traitement que le FBI a réservé aux activistes du 6 janvier avec celui qu’il a accordé aux manifestants d’Antifa et de Black Lives Matter.

Le FBI a traqué sans relâche les manifestants du 6 janvier, arrêtant dans de nombreux cas des partisans de Trump qui se trouvaient simplement à Washington à ce moment-là, ou au rassemblement du centre commercial mais qui n’avaient pas participé à l’entrée au Capitole.

Ceux qui ont été arrêtés ont été traités comme des terroristes nationaux, capturés lors de raids avec des armes pointées sur eux, même si les charges retenues contre la plupart d’entre eux ne représentent guère plus qu’une intrusion ou une entrée dans une installation gouvernementale sans autorisation appropriée.

Les délinquants non violents ont reçu le même traitement brutal que les violents. Et jusqu’à aujourd’hui, le FBI diffuse des images, une grand-mère par-ci, un adolescent par-là, demandant au public de l’aider à retrouver les individus encore en liberté qui ont quelque chose, n’importe quoi, à voir avec les événements du 6 janvier.

Comparez cet effort concentré à l’approche nonchalante, voire désintéressée, du FBI à l’égard des militants Antifa et Black Lives Matter. Sur une période de plusieurs mois, ces militants se sont montrés beaucoup plus violents. Ils ont tué un certain nombre de personnes, contrairement aux militants de Trump qui n’ont tué personne. (La seule personne tuée le 6 janvier était Ashli Babbitt, une sympathisante de Trump abattue d’une balle dans le cou par un agent de la police du Capitole).

Ils ont pillé des commerces, brûlé des églises, agressé des policiers, attaqué et harcelé des citoyens ordinaires mangeant dans des restaurants ou vaquant à leurs occupations normales, et tout cela en toute impunité. Pas de raids du FBI, pas d’arrestations systématiques, pas de diffusion d’images de « Wanted » sur les médias sociaux.

J’en viens maintenant à mon deuxième contraste : la récente descente du FBI au domicile et au bureau de Rudy Giuliani, alors qu’il n’y a eu aucune descente au domicile ou au bureau du gouverneur de New York, Andrew Cuomo.

Commençons par Giuliani : la justification apparente de la perquisition était de rechercher des preuves que Giuliani avait violé la loi sur l’enregistrement des agents étrangers.

Giuliani a toutefois souligné, dans une déclaration publiée par son avocat, qu’il avait proposé de s’asseoir avec le FBI et le ministère de la justice (DOJ) de Biden et de leur montrer à leur satisfaction qu’il n’y avait pas eu de violation de la loi.

En outre, Giuliani a fourni au FBI pendant plusieurs mois des preuves claires, corroborées par des textes et des courriels, selon lesquelles Hunter Biden n’aurait pas seulement omis de s’enregistrer en tant qu’agent étranger, mais serait également impliqué dans la pornographie infantile, le blanchiment d’argent et un plan élaboré de la famille Biden visant à vendre son accès politique en échange de millions de dollars de gains personnels.

Le FBI et le DOJ n’ont montré aucun intérêt pour tout cela. Par conséquent, Giuliani semble justifié de conclure que la conduite de l’agence est un « exemple clair d’un double standard corrompu » : « un pour les démocrates de haut niveau dont les crimes flagrants sont ignorés, comme Hillary Clinton, Hunter Biden et Joe Biden » et un tout autre pour « les républicains qui sont d’éminents partisans et défenseurs du président Trump. »

Giuliani a en outre révélé que le FBI et le DOJ avaient, fin 2019, obtenu l’accès à sa base de données de courriels sans l’en informer. Cela signifie que pendant que Giuliani conseillait son client Donald Trump pendant le processus de destitution, une relation entièrement protégée par le privilège avocat-client, le FBI a violé la loi alors qu’il était censé enquêter sur les éventuelles violations de la loi par Giuliani et Trump.

Là encore, l’extrême diligence du FBI à poursuivre Giuliani peut être comparée à l’inaction du FBI dans le cas de Cuomo. Ce dernier est actuellement impliqué dans deux scandales distincts, l’un impliquant plusieurs femmes qui l’ont accusé de harcèlement sexuel, et l’autre impliquant sa participation directe à un système de dissimulation visant à cacher l’ampleur des décès dans les maisons de retraite causés par ses propres politiques.

Selon le New York Times, l’administration Cuomo a été beaucoup plus coupable qu’on ne le pensait en sous-comptant délibérément les décès dans les maisons de retraite sur une période de cinq mois. Rappelons que ces décès n’auraient pas dû avoir lieu. À la demande de l’administration Trump, la marine américaine a envoyé le navire-hôpital Comfort à New York pour accepter des patients non atteints du coronavirus et ainsi alléger la charge des hôpitaux new-yorkais.

Cependant, Cuomo a refusé le navire pour contrer l’administration Trump et a ordonné aux maisons de retraite de New York d’accepter le surplus de patients atteints du Covid-19, favorisant ainsi la propagation du virus parmi les populations vulnérables des maisons de retraite et causant ainsi des milliers de décès inutiles.

Ensuite, lorsque l’administration Trump s’est enquise des données relatives aux maisons de retraite de New York, Cuomo a ordonné aux responsables de la santé de l’État, dont le commissaire à la santé Howard Zucker, de ne pas communiquer le véritable nombre de décès au gouvernement fédéral, aux responsables de l’État ou au grand public. Cuomo a également supprimé un document de recherche qui révélait les données et a empêché l’envoi de deux lettres du département de Zucker aux législateurs de l’État.

Alors que l’infraction de Giuliani reste obscure, Cuomo est coupable d’abus de pouvoir évidents, des actions qui ont non seulement mis des gens dans leur tombe, mais qui reviennent aussi, au sens statistique, à « cacher les corps ». Une fois encore, le FBI est introuvable, et la raison de son absence semble être que Cuomo est un gouverneur démocrate qui bénéficie apparemment d’une immunité en ce qui concerne le FBI d’aujourd’hui et le DOJ de Biden.

Trop, c’est trop ! Lorsque la justice n’implique plus l’application neutre ou égale des lois, elle cesse d’être la justice. Je réalise, bien sûr, qu’il n’y aura pas de réforme du FBI sous Biden. C’est pourquoi j’encourage vivement le Parti républicain à faire de l’abolition du FBI, de fermer l’agence et de la reconstruire à partir de zéro, une disposition clé de ses campagnes en 2022 et 2024.

Dinesh D’Souza est un auteur, un cinéaste et l’hôte quotidien du podcast Dinesh D’Souza.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé