A peine à la tête d’Israël, Lapid se rend à Paris pour discuter Liban et Iran

5 juillet 2022 Mis à jour: 5 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Pour son premier déplacement à l’étranger depuis son accession au poste de Premier ministre d’Israël, le centriste Yaïr Lapid se rend mardi à Paris pour demander au président Emmanuel Macron « d’intervenir » afin de sauver les pourparlers gaziers entre le Liban et l’Etat hébreu.

M. Lapid a été nommé vendredi Premier ministre israélien dans le cadre d’un accord de partage de pouvoir avec Naftali Bennett prévoyant une rotation à la tête du gouvernement en cas de dissolution de la Knesset, le Parlement.

Ces dernières semaines, leur coalition avait perdu sa majorité, entraînant la dissolution du Parlement, la convocation d’élections en novembre et donc l’accession aux plus hautes marches du pouvoir de Yaïr Lapid.

Ce dernier doit assurer l’intérim jusqu’à la formation du prochain gouvernement.

 « Attaques répétées contre le gisement gazier israélien »

Dès le lendemain de l’arrivée au pouvoir de M. Lapid, l’armée israélienne a affirmé avoir abattu trois drones du Hezbollah libanais qui se dirigeaient selon elle vers le champ gazier de Karish en Méditerranée, au cœur d’une recrudescence des tensions ces dernières semaines entre Israël et le Liban.

Avant son départ pour la France, une visite initialement prévue pour son prédécesseur Naftali Bennett, Yaïr Lapid a déclaré vouloir discuter avec le président Macron des « attaques répétées contre le gisement gazier israélien, ce qu’Israël ne peut pas admettre ».

Les auteurs des attaques aux drones « doivent savoir qu’ils prennent un risque inutile, le gouvernement libanais doit contrôler le Hezbollah ou nous serons forcés de le faire », a-t-il affirmé à des journalistes à l’aéroport de Tel-Aviv.

« Le Hezbollah poursuit sur la voie du terrorisme et sape la capacité du Liban à parvenir à un accord sur la frontière maritime », avait-il déjà commenté ce week-end.

Visite prochaine du président américain Joe Biden

Cette visite intervient avant celle, la semaine prochaine en Israël, en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite du président américain Joe Biden, dans le cadre de sa première tournée au Moyen-Orient depuis son arrivée à la Maison-Blanche.

Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement toujours en état de guerre, avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites sous l’égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d’hydrocarbures.

Mais les pourparlers avaient été suspendus en mai 2021 en raison de différends concernant la surface de la zone contestée et le champ de Karish notamment.

« Nous connaissons l’importance de la position de la France sur les questions liées au Liban et nous allons demander à la France d’intervenir pour maintenir les négociations que nous voulons mener jusqu’au bout sur les questions gazières », a déclaré un haut responsable israélien à des journalistes.

 La découverte et l’exploitation de gisements a attisé les contentieux frontaliers

Israël a signé mi-juin un accord pour livrer du gaz naturel à l’Egypte, qui prévoit de le liquéfier pour l’expédier en Europe.

Le Vieux continent cherche en effet à diversifier ses approvisionnements énergétiques après la décision de la Russie de couper ses livraisons de gaz à des pays européens.

Dans ce contexte, Israël dit vouloir s’assurer d’une paix gazière en Méditerranée orientale, où la découverte et l’exploitation de gisements au cours de la dernière décennie a attisé les contentieux frontaliers.

Le programme nucléaire iranien

Outre le Hezbollah, l’Iran doit être au menu des échanges Macron-Lapid, l’Etat hébreu tentant de convaincre les puissances occidentales de ne pas renouveler l’accord encadrant le programme nucléaire iranien (JCPOA) en échanges de la levée de sanctions sur Téhéran.

« Il est important que notre position contre cet accord et contre la nucléarisation de l’Iran soit entendue en ce moment », a estimé mardi M. Lapid.

Les responsables israéliens, qui craignent de voir l’Iran se doter de l’arme nucléaire –ce que Téhéran nie–, redoutent notamment que la levée de sanctions ne permettent à l’Iran de regarnir ses coffres pour accroître son aide à ses alliés aux frontières d’Israël, comme le Hezbollah libanais ou le Hamas palestinien.

Comme Premier ministre, Naftali Bennett avait prôné la « doctrine de la pieuvre » face à Téhéran, disant vouloir le cibler directement plutôt qu’uniquement ses « tentacules » dans la région.

En lui succédant, M. Lapid s’est engagé à « tout faire en son pouvoir » pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire ou de « s’enraciner aux frontières » d’Israël, en allusion notamment à la Syrie voisine.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé