À nos chères futures générations: la pire époque et la meilleure époque

20 octobre 2022 Mis à jour: 21 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Je suis né en 1929 dans une ville industrielle de cols bleus appelée Holyoke, dans le Massachusetts. C’était l’année où le marché boursier s’est effondré. Bienvenue dans la Grande Dépression.

La pire époque

Bien sûr, c’est au début des années 1930 qu’il y a eu un chômage massif et que la Dépression a vraiment frappé. Mon père avait un magasin de viande et d’épicerie où la norme était que les clients facturent leurs courses et paient une fois par semaine, le jour de la paie. La dépression a mis les travailleurs au chômage, donc qu’ils étaient incapables de faire le paiement lorsqu’il était dû, ce qui a entraîné la faillite du magasin. La perte du commerce signifiait qu’il n’y avait plus de revenu ni de moyen de subvenir aux besoins d’une famille de cinq enfants. Il n’y avait pas d’indemnisation du chômage. Le loyer ne pouvant être payé, l’expulsion de l’appartement loué a rapidement suivi.

Grâce à une aide, un appartement au quatrième étage, infesté de cafards et en mauvais état dans l’un des quartiers les plus pauvres de la ville, était disponible. Je ne peux pas imaginer les difficultés auxquelles mes parents ont dû faire face à cette époque. Les difficultés ont continué pendant plusieurs années avec des emplois à temps partiel – la Works Progress Administration lancée par le président Roosevelt. Les difficultés ont continué pendant les années 1930 et au début des années 1940.

Le 7 décembre 1941, à l’âge de 12 ans, alors que je me promenais, j’ai été abordé par un journaliste affolé qui m’a demandé de me dépêcher et d’aller tout de suite chercher des journaux. Ayant vendu des journaux du soir au coin de la rue pendant un certain nombre d’années, je me suis demandé pourquoi un dimanche après-midi. Il s’agissait bien sûr d’« Extras », avec de gros titres annonçant que les Japonais avaient bombardé Pearl Harbor. En criant « Extra, Extra » sur Main Street et en vendant même à 5 centimes au lieu des 2 centimes habituels, je continuais à vendre. Je suis rentré à la maison pour montrer à ma mère combien d’argent j’avais gagné, mais je l’ai trouvée en train de pleurer en écoutant la radio avec mon père. Elle savait que mes deux frères aînés, qui venaient de terminer leurs études secondaires, seraient appelés sous les drapeaux pour servir notre pays.

Les années de guerre ont été difficiles, car le pays se préparait à la guerre, notamment en étant impliqué avec le Japon et l’Allemagne. Cependant, le patriotisme était plus grand qu’à n’importe quelle autre époque dont je me souviens, avec les femmes qui travaillaient, les collectes d’obligations, les enfants (dont moi) qui ramassaient de la ferraille, et les cinémas qui jouaient l’hymne national avant la projection du film tandis que toutes les personnes présentes étaient debout.

Il n’y avait ni agenouillement ni manque de respect pour le drapeau.

La meilleure époque

Mon enfance et mon adolescence ont été des périodes fastes pour notre génération. Nous n’avions pas les soucis de nos parents. Nous n’avions pas grand-chose et serions probablement considérés comme pauvres aujourd’hui. Cependant, beaucoup de mes amis d’enfance étaient dans le même bateau. Nous avions une vie familiale très soudée, ce qui n’est malheureusement pas si fréquent de nos jours. Il y avait des jeux le samedi, après un apprentissage strict mais bon à l’école. Si vous vous conduisiez mal à l’école, vous redoutiez que votre père le sache, il disait toujours que l’on avait ce que l’on méritait, et il y avait un respect de l’autorité en tout temps.

Les années 1940, après la guerre et le retour de mes frères après trois ans dans le Pacifique et en Europe, ont été de bonnes années. C’était bien jusqu’au début des années 1950, avec le conflit coréen, où ce fut mon tour d’être appelé et de servir au combat.

À part les années 1950 à 1953, les années 1950 ont été très bonnes, avec la rencontre de mon épouse actuelle, maintenant âgée de 64 ans, et la naissance de cinq arrière-petits-enfants.

Une période pas si formidable

Il est très difficile de donner des conseils à la génération actuelle. Sans que ce soit leur faute, ils ont été exposés dès leur plus jeune âge aux droits, au confort, aux drogues, à l’enseignement de la théorie critique des races, au langage grossier, au transsexualisme, à la pornographie, à la liberté d’expression et à un manque de respect pour notre grand pays et son autorité. Je prie pour qu’un changement se produise – et je suis de plus en plus convaincu qu’il se produira par le biais des élections – pour redresser ce navire, qui en a bien besoin.

En tant que grand-père et arrière-grand-père, que Dieu bénisse notre génération actuelle et notre grand pays.

Gerald Page, New Hampshire

__

Les années 1930, 1940 et 1950

J’ai lu l’article de Richard Bryant avec beaucoup d’intérêt. Il a 86 ans et moi 85, donc nos vies sont parallèles. J’ai grandi dans un petit village rural, dans le nord de l’État de New York. C’était une vie merveilleuse pour un petit enfant. Chaque fermier avait des chiens, donc les chiots étaient nombreux. Le fermier d’à côté m’a donné un chiot quand j’avais 3 ans. Mes parents étaient d’accord, mais je devais en être responsable. Quelle belle expérience d’apprentissage! C’est un choc pour moi de voir que les chiots se vendent à plus de 2000 euros aujourd’hui.

Je suis généralement d’accord avec tout ce qui est dit dans l’article, mais j’aimerais ajouter quelques points. Je ne me souviens pas des années 1930, mais les années 1940 et 1950 étaient une époque formidable pour les enfants. J’ai beaucoup joué au baseball dans ma jeunesse ; chaque petite ville avait une équipe de baseball. C’était le passe-temps national. Nous avons appris comment travailler en équipe et comment gagner et perdre avec élégance. J’avais des corvées à faire. Les familles étaient encouragées à cultiver leurs propres légumes pour contribuer à l’effort de guerre. On appelait cela les « jardins de la victoire », et j’étais responsable du jardin familial. Je faisais pousser des carottes, des pommes de terre, du maïs et des tomates. J’avais l’habitude de sortir dans le jardin avec une salière et de manger les tomates directement sur la vigne. C’était délicieux ! Le livreur de journaux vendait aussi des timbres d’obligations de guerre. Lorsque vos timbres totalisaient l’équivalent de 18 euros, vous pouviez les rendre pour 25 euros après un certain temps.

Une fois mes corvées terminées, j’allais jouer au baseball avec mes amis. Je devais être rentré à la maison à 18 heures parce que mon père rentrait du travail à cette heure-là, et la règle familiale était que nous devions tous manger ensemble à la table de la cuisine. Nous n’avions pas de télévision. Ma mère était une mère au foyer et c’était merveilleux. C’était la meilleure maman du monde. Elle et moi avions l’habitude d’aller cueillir des myrtilles dans les champs ensemble et nous jouions aussi à beaucoup de jeux.

Richard Bryant devait être riche selon mes critères. Il mentionne l’achat de repas scolaires. Pendant mes 12 années d’école publique, je n’ai jamais pu m’offrir le repas de l’école. Mon déjeuner était principalement un sandwich au ketchup que j’apportais de la maison. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un sandwich au ketchup, c’est exactement ce que ça donne : deux tranches de pain avec du ketchup au milieu. Je buvais un verre d’eau. Parfois, les autres enfants échangeaient leur repas, mais personne ne l’a jamais fait avec moi. Pour l’anecdote, chez moi, le jus de tomate était un verre d’eau avec une cuillerée de ketchup dedans.

Je devais gagner mon propre argent de poche ; mes parents n’avaient pas d’argent à dépenser. Je travaillais dans les fermes des voisins pour 50 centimes de l’heure. Je nettoyais les écuries, mettais le foin en balle, réparais les clôtures, rassemblais les vaches et les trayais, je coupais le bois et je faisais aussi beaucoup de baby-sitting. Faire les balles de foin était mon activité préférée, car elle avait des avantages secondaires. Ça me donnait des bras forts et j’ai gagné le championnat de home run à l’école.

Nous n’avions pas les moyens d’acheter une télévision ou un téléphone avant les années 1950. Notre premier téléphone était une ligne partagée avec huit familles sur la même ligne. On savait à qui s’adressait l’appel par le nombre de sonneries. Par exemple, la nôtre avait deux sonneries courtes, celle de notre voisin une longue et une courte, et ainsi de suite. Le vendredi soir, nous allions chez le voisin pour regarder la lutte à la télévision sponsorisée par Gillette.

Je suis allé à l’université de 1954 à 1958. J’ai obtenu mon diplôme sans aucune dette d’études. Les frais de scolarité n’étaient que de 500 euros par an et j’avais une bourse d’études. J’ai également joué au base-ball universitaire pendant quatre ans – pas de bourse sportive, mais le département des sports m’a donné un emploi en alternance pour m’occuper des terrains de sport, installer les lignes pour les matchs, nettoyer les ordures après les matchs, etc. Je suis allé à l’université dans le New Jersey, où l’âge pour boire était de 21 ans, donc je n’ai jamais bu un verre à l’université. J’ai obtenu mon diplôme à 20 ans. Il n’y avait pas de drogues au lycée ou à l’université à cette époque, et je n’ai jamais fumé. C’est la meilleure décision que j’ai prise. Ne commence pas à fumer – c’est la pire chose que tu puisses faire à ton corps.

Je n’ai jamais eu de voiture au lycée ou à l’université ; je n’avais pas les moyens d’en avoir une. Lorsque j’ai obtenu mon diplôme universitaire en 1958, j’ai utilisé mon argent de fin d’études, soit 500 euros pour acheter une voiture d’occasion. J’ai ensuite trouvé un emploi à plein temps. Je me suis engagé dans l’armée en 1960 ; le service militaire existait à l’époque. Quand je suis sorti de l’armée en 1962, j’ai repris le même travail. En 1964, j’ai acheté ma première voiture neuve, une berline Plymouth 1964.

Il n’y a aucun doute dans mon esprit que c’était la meilleure époque pour être un enfant. Nous étions loin des problèmes auxquels les enfants sont confrontés aujourd’hui : foyers brisés, drogues, gangs et criminalité. J’ai eu une enfance heureuse. Nous avons eu de la chance !

Dr Douglas Lonnstrom, New York

___________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez‑nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé