A Moscou, un jardin inauguré en mémoire de la journaliste assassinée Politkovskaïa

13 juillet 2018 Mis à jour: 13 juillet 2018
FONT BFONT SText size

Des journalistes russes et une dizaine d’ambassadeurs étrangers ont inauguré vendredi à Moscou un petit jardin en mémoire de la journaliste Anna Politkovskaïa, connue pour ses critiques de la politique du Kremlin et assassinée en 2006. Des fleurs ont été plantées sur une bande de terre devant le siège du journal d’opposition Novaïa Gazeta pour lequel écrivait la journaliste, en présence notamment de sa mère et de son fils, a constaté une journaliste de l’AFP.

« C’est une très bonne chose. Maman aimait beaucoup sa maison de campagne, où elle s’occupait de ses fleurs. Elle était jardinière », a déclaré le fils de la journaliste, Ilia Politkovski. « Aujourd’hui, nous n’inaugurons pas un mémorial monumental en granit et en bronze mais nous inaugurons une bande de terre qui servira la mémoire collective« , a de son côté salué Dmitri Mouratov, le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta, soulignant qu’Anna Politkovskaïa « aimait travailler la terre et pas seulement les enquêtes ».

Anna Politkovskaïa, dont les articles critiquaient notamment la politique du Kremlin en Tchétchènie, a été assassinée dans le hall de son immeuble à Moscou le 7 octobre 2006. Cinq hommes, dont quatre Tchétchènes, ont été reconnus coupables de son meurtre et condamnés à de lourdes peines, mais le commanditaire n’a jamais été identifié par la justice. L’organisateur de son meurtre est décédé en prison en juin 2017 des suites d’une maladie du foie.

DC avec AFP

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé