À l’hôpital, une infirmière s’occupe d’un jeune garçon de 5 ans qui pleure en demandant sa mère – son incroyable réaction devient virale

29 mai 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019
FONT BFONT SText size

Pour Slade Thompson, 5 ans, l’année a été difficile jusqu’à maintenant. Il a déjà subi deux opérations chirurgicales, des événements que la plupart des gens espèrent éviter dans une vie.

Bien que l’adorable enfant soit devenu un habitué des hôpitaux, les conséquences de la chirurgie – qui implique les effets secondaires de l’anesthésie, mais aussi de faire face à une liste de douleurs physiques et émotionnelles – sont terrifiantes, peu importe combien d’opérations un enfant a subies.

Pour sa deuxième intervention chirurgicale, Slade a subi une intervention qui « a cautérisé les amygdales, les adénoïdes et les deux côtés de son nez », rapporte le Western Journal. Quand il s’est réveillé après l’opération, il a commencé à pleurer en demandant sa mère.

Elle n’était pas disponible pour le réconforter dans l’immédiat, mais il a eu la chance d’avoir une infirmière nommée Annie Hager.

Annie Hager, qui travaille à l’UPMC Susquehanna Health à Williamsport, en Pennsylvanie, n’a pas réussi à appeler sa mère à la rescousse. Cependant, elle s’est blottie contre lui pour l’aider à se calmer et cet acte est immédiatement devenu viral grâce à l’incroyable démonstration de compassion de l’infirmière.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Annie Hager (@anniehager44) le

Annie Hager a partagé la photo d’elle et de l’enfant, prise par sa mère, Layla, sur son compte Instagram tout en expliquant qu’elle s’était arrêtée une seconde fois, à l’hôpital avec son fils, pour la remercier chaleureusement.

« Je ne mets pas souvent de post sur instagram, mais ce petit garçon m’a touchée et les belles paroles et actions de sa mère m’ont fait pleurer à deux reprises », a-t-elle écrit sur son post.

« Il y a quelques semaines, Slade est sorti de chirurgie en salle de réveil et il a été mon premier patient de la journée… La plupart des enfants crient après l’anesthésie (ce n’est pas de leur faute, c’est une réaction normale aux médicaments qu’on leur donne), mais Slade, bien que pleurant parfois, était calme et doux, bien sûr il était effrayé et souffrait. »

Elle a poursuivi en expliquant que lorsqu’elle a dit à Slade qu’elle n’avait pas réussi à parler à sa mère, il lui a demandé de le serrer dans ses bras, ce qu’elle était très disposée à faire.

« J’ai sauté dans le lit et je me suis blottie contre lui si vite ! Sa demande touchante m’a rempli le cœur !!!! »

Peu de temps après l’opération, la famille Thompson a apporté des fleurs en remerciement. Annie Hager a félicité Layla d’avoir fait un si bon travail avec son fils, puis elle a continué en expliquant comment des moments comme celui-ci rendent son travail valorisant. À travers la douleur et les situations exténuantes que vivent les infirmières tous les jours, la gratitude d’un adorable petit garçon et de sa mère – ainsi qu’un câlin et la chance de lui apporter du réconfort – a été la récompense qu’elle souhaitait avoir pour ce travail ingrat.

« C’est pour ça que j’aime mon travail. C’est la raison pour laquelle j’y vais tous les jours », a-t-elle écrit.

Dans le cadre de la Semaine nationale des soins infirmiers au début du mois de mai, l’hôpital a partagé l’histoire avec des photos en soulignant à quel point les infirmières sont incroyables. En plus des 5 100 amis et des 646 partages en deux semaines seulement, des dizaines de commentateurs de Facebook ont afflué pour partager leurs mots de gratitude pour tout le réconfort que les infirmières apportent, après avoir vécu l’une des expériences les plus difficiles de leur vie.

« Je peux vous dire que mes deux enfants ont subi cette intervention chirurgicale et les infirmières sont formidables, elles aident les enfants à sortir de l’anesthésie. Ils ont peur et sont émotifs lorsqu’ils se réveillent pour la première fois, c’est pourquoi les parents doivent attendre que l’infirmière les installe confortablement dans la salle de réveil avant de pouvoir les retrouver. Alors, croyez-moi, quand vous avez des infirmières qui s’occupent d’eux aussi bien, ça aide aussi à dissiper une partie de la peur chez les parents », a écrit une mère.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé