À la suite d’un piercing au nez, une New-Yorkaise se voit contrainte de subir une greffe du foie qui lui sauvera la vie

20 avril 2021 Mis à jour: 9 mai 2021
FONT BFONT SText size

Une mère de famille new-yorkaise s’est remise d’une insuffisance hépatique après qu’un piercing dans son nez s’est transformé en une infection potentiellement mortelle. Maintenant, elle avertit les gens de ne pas attendre trop longtemps pour consulter un médecin, même dans les circonstances de la pandémie mondiale.

Dana Smith, 37 ans, originaire du Queens, est tombée en phase terminale environ un mois après s’être fait percer vers Thanksgiving l’année dernière, rapporte ABC7.

Après avoir été admise à l’hôpital, elle a été victime de crises d’épilepsie dues à un gonflement du cerveau et ne s’est rétablie qu’après avoir reçu une greffe de foie.

(Avec l’aimable autorisation du Northwell Health)

Les médecins lui ont diagnostiqué une hépatite B fulminante, un type d’insuffisance hépatique qui se développe environ huit semaines après l’apparition de l’hépatite.

L’équipe médicale a déterminé que le piercing au nez était la principale cause de l’infection par l’hépatite B, laquelle a entraîné des lésions hépatiques, selon le rapport. Au début, les médecins n’ont pas réalisé qu’elle avait un piercing au nez, mais lorsqu’ils ont enlevé le masque de son nez, ils ont remarqué le minuscule anneau clouté.

Le Dr Lewis Teperman, directeur des services de transplantation de l’hôpital universitaire North Shore, a déclaré à ABC7 que le fait de se faire percer le nez était « le seul changement qui avait eu lieu dans sa vie ».

« C’est le moment idéal pour l’incubation du virus », a ajouté le Dr Teperman.

Dana dit qu’elle n’a pas réalisé à quel point elle était malade au début, et qu’elle a supposé que les douleurs au ventre et la perte d’appétit qu’elle ressentait étaient simplement des reflux acides et le stress lié aux vacances de fin d’année.

Lorsque la situation s’est aggravée, elle hésitait encore à se rendre à l’hôpital en raison de la pandémie.

(Avec l’aimable autorisation de Northwell Health)

« Je ne faisais que boire de l’eau, mais ne pouvais pas retenir l’eau », a déclaré Dana à ABC7. « Je suppose qu’à un moment donné, j’ai commencé à vomir du sang. »

Ce n’est que le 12 janvier 2021 que Dana a finalement demandé à sa sœur de l’emmener à l’hôpital.

« Cette décision-là m’a sauvé la vie », a-t-elle ajouté.

Dana était si malade qu’elle ne se souvient pas des événements qui ont suivi ; ses crises et son gonflement cérébral étaient graves, et les médecins ont dû la placer dans un coma artificiel. Et quelques jours plus tard, à son réveil, elle a entendu les médecins lui annoncer qu’elle avait subi une greffe de foie.

« C’est très éprouvant. Sur le plan émotionnel, tout, mentalement », a-t-elle déclaré.

(Avec l’aimable autorisation de Northwell Health)

Heureusement, Dana a pu recevoir une greffe dans les 48 heures suivant son inscription sur la liste des transplantations, selon le rapport. Elle a été opérée le 17 janvier et a quitté l’hôpital le 26 janvier.

Dana a déclaré qu’elle se serait rendue à l’hôpital plus tôt si elle avait réalisé à quel point elle était malade.

Maintenant, elle avertit les gens de ne pas attendre trop longtemps pour aller chez le médecin, même avec l’état des choses pendant la pandémie de Covid-19.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé