À 64 ans, elle est emprisonnée pour sa pratique de méditation – les tortures qu’elle a subies sont inimaginables

Une femme âgée de 64 ans a été sévèrement torturée, selon son récent récit déchirant, et a été amenée « au bord de la mort » à plusieurs reprises pour avoir pratiqué une forme de méditation persécutée en Chine.

Sun Shuying, une ouvrière d’usine dans le nord de la Chine, dénonce avoir subi d’horribles tortures, des passages à tabac et d’autres formes de mauvais traitements au cours d’une période de 10 ans pour sa persistance dans la pratique du Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa, une forme de méditation traditionnelle chinoise semblable au qigong. Freedom House, dans un rapport récent, indique que le degré de persécution du Falun Gong depuis 17 ans est toujours « très élevé », et a noté que le Parti communiste chinois, qui a lancé la campagne brutale au milieu de l’année 1999, dépense des centaines de millions de dollars pour maintenir la persécution du groupe.

Un policier chinois approchant des pratiquants de Falun Gong qui ont voyagé à travers la Chine jusqu’à la place Tiananmen pour organiser des appels pacifiques contre la persécution, en 2001. (Avec l’aimable autorisation de Minghui.org)

Elle se souvient qu’en 1999, elle a fait plusieurs tentatives pour se rendre à Pékin pour brandir une banderole sur la place Tiananmen, pour protester contre les mauvais traitements infligés aux pratiquants, mais a été interceptée et arrêtée à plusieurs reprises par la police. Pour cette initiative, elle a été frappée dans le dos par un policier, mais a réussi à s’échapper. Après cela, elle a été forcée de se cacher en Mongolie intérieure.

Sur cette photo archivée, les pétitionnaires Mme Chen Bixiang (à gauche) et Mme Yu Hong (à droite) se penchent sur les fenêtres pendant leur détention dans une prison noire de Pékin en janvier 2012. (Avec l’aimable autorisation d’une source anonyme en Chine)

Dans toute la Chine, un système de « prisons noires » clandestines est utilisé par le Parti communiste chinois pour détenir des citoyens sans inculpation ni condamnation. Certains sont ensuite envoyés dans des centres de « rééducation » où ils sont torturés, physiquement et psychologiquement, et sont plongés dans la propagande communiste pour leur faire signer une renonciation à leurs croyances. Les pratiquants de Falun Gong sont particulièrement ciblés.

En juin 2001, Sun Shuying a de nouveau été arrêtée, a-t-elle dit à Minghui.org, un site Web consacré à dévoiler les informations sur la persécution du Falun Gong. Elle a précisé :

« Au poste de police en Mongolie intérieure, je n’ai pas été autorisée à m’asseoir. La police m’a giflée au visage, m’a donné un coup de poing sur la tête et dans les yeux, et a saisi mes cheveux pour me fracasser le visage sur un mur à plusieurs reprises. Ils ne m’ont pas permis de dormir pendant 8 jours d’affilée. À la fin du huitième jour, j’étais extrêmement faible et je pouvais à peine ouvrir les yeux. »

« Un policier a sauté dans les airs et m’a donné un coup de pied dans la poitrine. À bout de souffle et couchée sur le sol, je ne pouvais plus sentir mes membres après son coup. Ça m’a pris du temps avant de pouvoir me concentrer de nouveau. »

Sun Shuying, qui était dans un état critique, a été emmenée à Changchun, dans le nord de la Chine, et a été détenue dans un centre de détention secret où la police secrète chinoise la battait « sans relâche, jour et nuit ».

« Ils m’ont attaché les mains dans le dos et m’ont forcée à me baisser tout en gardant mes jambes droites. Puis ils ont poussé mes mains jusqu’à avoir les bras bien droits, ils appellent cela ‘voler comme un avion’, une méthode brutale utilisée dans tous les camps de prisonniers chinois et nord-coréens » (voir la première photo ci-dessus).

Elle se souvient qu’elle avait été emmenée dans un autre centre de détention et enfermée dans une cage. Les gardes ont placé des entraves et des bretelles de type médiéval sur elle, la rendant incapable de bouger.

Ils lui ont aussi fait subir la torture avec des matraques électriques à plusieurs reprises, a-t-elle dit.

Après avoir été libérée plusieurs années plus tard, Sun Shuying a de nouveau été arrêtée en 2005.

Les policiers utilisent une méthode de torture par gavage forcé sur un pratiquant de Falun Gong au centre de détention du district de Hongqiao à Tianjin, en Chine, sur cette photo archivée. (Avec l’aimable autorisation de Minghui.org)

La torture ne s’est pas arrêtée à ce moment non plus. « J’ai été continuellement battue pendant trois jours dans un poste de police » il était établi dans une usine où elle travaillait, a-t-elle dit. Après cela, elle a été emmenée à l’hôpital pour être gavée et a reçu une injection intraveineuse qui contenait « des substances toxiques ». Elle a ajouté : « Beaucoup de détenus ont demandé aux gardes d’arrêter les injections intraveineuses et les médecins du centre de détention ont finalement arrêté. Tout mon corps était rouge et gonflé, c’était extrêmement irritant. »

Plus tard, les gardes lui ont mis du ruban adhésif sur la bouche et l’ont emmenée au tribunal, où elle a été illégalement condamnée à 10 ans de prison. Là, les gardiens ont ordonné aux détenus de la battre. « Ils ont fini par s’arrêter après s’être fatigués », a-t-elle dit. Cependant, ça a empiré :

« Les détenus ne m’ont pas permis de me soulager pendant 5 jours. Puis ils m’ont forcée à rester debout pendant 49 jours, avec seulement une heure de sommeil par jour. À la fin, je n’ai pas pu ouvrir les yeux, mon cerveau a cessé de fonctionner, et je ne pouvais pas voir les choses clairement. »

« Mon corps était couvert de cloques et d’infections ici et là. Même le médecin de la prison ne savait pas comment me traiter. Elle m’a prévenue que je pourrais bientôt mourir. »

Finalement, après environ 8 ans, elle a été libérée de prison. Mais son mari, après avoir été menacé et intimidé par la police, a été forcé de divorcer. Ils ont également confisqué ses biens et son argent.

L’histoire de Sun Shuying n’est pas unique, selon Freedom House.

« Le Parti communiste a initié le pire exemple de persécution religieuse depuis la Révolution culturelle, avec la répression contre le Falun Gong », a déclaré André Laliberté, éminent érudit en religion en Chine, à l’Université d’Ottawa, évoquant la campagne communiste chinoise de 1966-1976 qui a fait des millions de morts.

« Chaque jour, un grand nombre de juges, de procureurs et de policiers jouent un rôle actif dans l’arrestation, l’emprisonnement et la torture des citoyens chinois qui persistent dans leur dévotion au Falun Gong », a ajouté Freedom House.

Vidéo recommandée :

Un kayakiste sauve un iguane qui nage à des kilomètres de la côte

Version originale

 
 
 
 

GB: Plus de 450 décès dus à des opioïdes dans un hôpital

GB: Plus de 450 décès dus à des opioïdes dans un hôpital
Plus de 450 patients sont décédés après s'être vu indûment prescrire des opioïdes par un hôpital de Gosport, ...
LIRE LA SUITE
 

Les États-Unis se retirent du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Les États-Unis se retirent du Conseil des droits de l’homme de l’ONU
Le 19 juin, les États-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies déclarant ...
LIRE LA SUITE
 

Dix ans après le scandale du lait contaminé en Chine, ses victimes sont toujours réduites au silence

Dix ans après le scandale du lait contaminé en Chine, ses victimes sont toujours réduites au silence
Le 16 juin marque en Chine le dixième anniversaire du scandale du lait en poudre contaminé - lorsque ...
LIRE LA SUITE
 

Consommer ces faux aliments chinois pourrait vous tuer. Ce riz en plastique envahit-il votre supermarché?

Consommer ces faux aliments chinois pourrait vous tuer. Ce riz en plastique envahit-il votre supermarché?
La plupart d'entre nous qui vivons en Occident, avons apprécié la bonne cuisine chinoise à un moment de ...
LIRE LA SUITE