Plus Moins
60 millions de consommateurs s’en prend aux « aliments qui empoisonnent »

Paru jeudi, la revue 60 millions de consommateurs s’attaque aux « aliments qui empoisonnent » et les dénonce dans un hors-série consacré à l’industrie agroalimentaire. Apprendre au consommateur à débusquer, marque par marque, sucres, sels, graisses, additifs, nitrites et pesticides cachés.

Le sucre bien souvent caché dans les aliments, par exemple : dans un flacon de ketchup Heinz de 700 g, on trouve huit tomates et 22 morceaux de sucre. « 70 % des sucres sont ajoutés et cachés », indique la revue.

Le sel : « 80 % du sel absorbé par les Français proviennent des aliments transformés. »

Au chapitre additifs, 60 millions publie une liste de 50 produits « à proscrire », allant du E102 au E951 et recommande de bien lire les étiquettes.

Au rayon viande, en consommation excessive, le fer contenu dans la viande rouge favorise l’apparition de cancers, notamment du sein pour les femmes.

60 millions de consommateurs débusque aussi des graisses cachées dans les céréales des enfants qualifiées de « bombes de graisses », en particulier les marques Tresor de Kellogg’s et Extra Fruits du même Kellogg’s, ainsi que les barres de céréales, les pâtes feuilletées, et, plus surprenant, les poêlées de légumes de Bonduelle ou Picard qui doivent être utilisées sans ajouter de matières grasses.

La plus grande déception vient des yaourts

Alors que la réglementation interdit théoriquement l’ajout d’additifs dans les yaourts, les grandes marques en incorporent en quantité dans les mélanges de fruits qui les parfument : neuf additifs dans le yaourt Carrefour aux fruits recette crémeuse, sept dans le Taillefine aux fraises et douze dans le panier de Yoplait nature sur fruits.

Cette liste a provoqué le courroux de l’Ania (Association des industries alimentaires) qui rappelle que les additifs « ont d’abord été introduits pour la conservation des aliments. »

D. S. avec AFP