6 procureurs généraux des États-Unis mettent en garde Joe Biden contre la surenchère présidentielle

30 janvier 2021 Mis à jour: 30 janvier 2021
FONT BFONT SText size

Le 27 janvier, une coalition de procureurs généraux des États a envoyé une lettre au président Joe Biden pour lui rappeler que toute action exécutive potentiellement anticonstitutionnelle ou tout abus fédéral ne sera pas incontesté.

La lettre, signée par 6 procureurs généraux, avertit l’administration Biden que toute action qui pourrait dépasser son pouvoir légal, être incompatible avec les principes constitutionnels ou mettre en danger les libertés civiles pourrait déclencher une action en justice de la part des États.

« Nous sommes prêts à rencontrer votre administration pour discuter davantage de la manière dont les questions ci-dessous affectent nos États ; le litige n’est jamais la première option, et nous aimerions aider votre équipe dans son important travail au nom de tous les Américains, dans le respect de la Constitution et de l’État de droit », a écrit Patrick Morrisey, procureur général de Virginie occidentale, qui dirige le groupe, dans la lettre adressée à la Maison-Blanche (pdf).

« Pourtant, si vous signez des lois anticonstitutionnelles adoptées par le Congrès, il sera de notre responsabilité et de notre devoir de contester ces lois devant les tribunaux. Si des membres du cabinet, des cadres supérieurs et des agences dépassent les limites de leur pouvoir légal, ne suivent pas les procédures requises par la loi ou ne respectent pas l’obligation fondamentale de la loi sur la procédure administrative de prendre des décisions motivées, il nous incombera également d’intervenir. »

La loi sur la procédure administrative est une loi fédérale qui régit le processus de réglementation des agences et qui a été fréquemment invoquée pour contester les règles et les règlements du pouvoir exécutif.

Patrick Morrisey est rejoint par les procureurs généraux de l’Arkansas, de l’Indiana, du Mississippi, du Montana et du Texas.

C’est au moment où Joe Biden a publié une série de décrets au cours de la première semaine de son mandat. Certains de ces décrets ont annulé les politiques de l’ère Trump, tandis que d’autres ont établi ou élargi les politiques relatives au changement climatique, à l’équité raciale et à la pandémie du virus du PCC.

Certains de ces décrets ont déjà fait l’objet d’un examen minutieux, comme la décision de réintégrer l’accord de Paris sur le climat, ainsi que la décision d’annuler le pipeline Keystone XL, qui devrait mettre en danger des milliers d’emplois et miner les relations des États-Unis avec le Canada. L’administration Biden a également subi des réactions négatives pour avoir adopté une théorie raciale critique néo-marxiste dans ses politiques visant à donner la priorité à certains groupes raciaux historiquement désavantagés.

De même, l’ordonnance de M. Biden concernant la discrimination fondée sur l’identité de genre et l’orientation sexuelle devrait menacer la liberté constitutionnelle d’exercer ses croyances religieuses pour les individus et les organisations qui affirment la compréhension traditionnelle que les êtres humains ont été créés biologiquement, hommes et femmes.

« Le président ne peut pas faire de concessions à la constitution ou se soustraire aux restrictions légales sans faire inévitablement plus de mal que de bien à notre pays », ont écrit les procureurs généraux. « Les fondements de notre république et de la vie américaine sont ancrés dans la conception soigneusement élaborée de notre Constitution.

« En conséquence, par cette lettre, nous vous demandons respectueusement, dans la poursuite de vos priorités politiques, d’honorer les principes constitutionnels fondamentaux qui devraient être appréciés et respectés par toute personne chargée de l’honneur et des charges de la présidence. »

La lettre mentionne la liberté de religion et d’expression religieuse, ainsi que le droit de porter des armes, comme deux sujets de préoccupation.

Les procureurs généraux ont déclaré que bien qu’il y ait toujours des pressions pour que les présidents et le Congrès des États-Unis dépassent leurs pouvoirs « de peur qu’ils ne soient jugés comme ignorant des questions importantes ou n’abordant pas des problèmes critiques », il est du devoir d’un président de maintenir la séparation des pouvoirs prévue par la Constitution des États-Unis ainsi que de respecter la souveraineté des États.

Ils ont ajouté que les limites du pouvoir fédéral ne sont pas un défaut de la Constitution et que lorsque certaines questions exclues de la sphère fédérale doivent être traitées, les « États sont prêts et capables de faire le travail ».

L’administration Biden a déjà été confrontée à plusieurs défis juridiques concernant ses actions exécutives. Au Texas, un juge fédéral a temporairement bloqué le décret de Biden visant à stopper l’expulsion de certains immigrants pendant 100 jours. Ce décret est considéré comme un revers pour l’administration, qui avait fait campagne sur la mise en œuvre de changements profonds en matière d’immigration, notamment un plan qui permettrait de légaliser environ 11 millions d’immigrants illégaux.

Plus tôt le 27 janvier, la Western Energy Alliance, un groupe représentant les producteurs de combustibles fossiles sur les terres fédérales, a contesté le décret de Biden visant à mettre fin à l’affermage de pétrole et de gaz sur les terres et les eaux fédérales.

Il n’est pas rare que les décrets présidentiels fassent l’objet de contestations juridiques. Pendant les quatre années de mandat de l’ancien président Donald Trump, les procureurs généraux démocrates ont fréquemment poursuivi son administration en justice pour toute une série de mesures et de réglementations dans des domaines tels que la santé, le climat et l’immigration.

Selon un site web géré par le Dr Paul Nolette, professeur agrégé de sciences politiques à l’université Marquette, qui a suivi les procès intentés à l’ancien président, l’administration Trump a été poursuivie 157 fois dans des affaires où les États étaient les demandeurs initiaux, les intervenants ayant obtenu gain de cause ou dans des procès intentés par un seul État.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé