5 manières d’améliorer son bien-être mental

22 septembre 2022 Mis à jour: 22 septembre 2022
FONT BFONT SText size

Jusqu’à récemment, de nombreuses affections qualifiées de « maladies mentales » étaient considérées comme des déséquilibres génétiques ou biochimiques. Les derniers progrès de la médecine psychiatrique ont permis d’établir que les facteurs liés au mode de vie et à l’environnement sont en cause. On a aussi compris que la cause fondamentale est souvent multifactorielle.

Que nous l’acceptions ou non, les soins de santé tels que nous les connaissons sont en pleine évolution. Toujours plus de patients exigent des réponses aux causes profondes de leurs symptômes. Ils ne veulent plus d’une approche qui supprime les symptômes comme un pansement. La psychiatrie est un des principaux domaines de la médecine où les patients, les médecins et les chercheurs s’efforcent de trouver des réponses. La recherche et la sensibilisation aux troubles psychiatriques ont fait de grands progrès ces derniers temps, mais cela n’a pas toujours été le cas. En réalité, pendant des décennies, les problèmes de santé mentale ont été relégués à l’arrière-plan de la médecine. Ils ne suscitaient pas l’attention du grand public, comme c’était le cas pour d’autres problèmes de santé majeurs tels que le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, etc.

Les maladies mentales les plus courantes diagnostiquées dans le monde sont l’anxiété, la dépendance, les troubles de l’alimentation, la dépression, les troubles de l’attention et du comportement, la bipolarité, l’insomnie, la schizophrénie, pour n’en citer que quelques-unes. Selon le National Institute of Mental Health (NIMH), 25% des Américains souffrent d’un trouble mental diagnostiqué. Il y a tout juste deux ans, Marcia Angell, ancienne rédactrice en chef du New England Journal of Medicine, expliquait qu’un pourcentage choquant de 46% des Américains avait une forme ou une autre de maladie mentale [1].

Selon une étude publiée dans The Lancet [2], les troubles mentaux et la toxicomanie combinés étaient la principale cause de maladie non mortelle dans le monde en 2010, contribuant à près de 23% de la charge de morbidité mondiale totale. Les données proviennent de l’étude 2010 Global Burden of Diseases, Injuries, and Risk Factors Study [3], qui comprend des statistiques provenant de 187 pays.

De multiples facteurs ont un impact sur notre santé au quotidien, et c’est d’autant plus vrai pour la santé mentale. Traditionnellement, de nombreuses affections regroupées sous le terme de « maladie mentale » se résumaient à des déséquilibres génétiques ou biochimiques. Les progrès modernes de la médecine psychiatrique ont permis de mettre à jour que les facteurs liés au mode e vie et à l’environnement était une cause importante. On a compris que la cause fondamentale est souvent multifactorielle. Des praticiens d’avant-garde comme les Drs Kelly Brogan, Jonathan Prousky, David Perlmutter, etc., continuent d’innover et d’aller de l’avant. Selon eux, le modèle conventionnel de soins psychiatriques doit être réévalué. La prescription de produits pharmaceutiques en tant que thérapie de première ligne doit être revue en raison des préoccupations croissantes quant à la nature potentiellement nocive et addictive de nombreux médicaments psychotropes disponibles aujourd’hui.

Les progrès récents de la recherche clinique dans le domaine de la santé mentale établissent des liens étroits avec la famille et l’entourage, le régime alimentaire et la nutrition, la toxicité environnementale, la foi, la gestion du stress, etc. comme facteurs fondamentaux d’une santé mentale optimale. Nous sommes à une époque vraiment intéressante dans l’étude de la santé mentale, car toujours plus d’efforts sont déployés pour déterminer les causes et éléments déclencheurs. Les traitements des troubles mentaux continuent d’évoluer et de repousser les frontières, ce qui redonne de l’espoir à ceux qui sont confrontés à la maladie mentale.

Voici cinq façons très efficaces d’améliorer sa santé mentale et son bien-être :

1. L’activité physique

Il faut le dire, si on ne se bouge pas, on s’enlise. C’est aussi simple que cela. Cela vaut pour le maintien et l’amélioration de la santé mentale autant (sinon plus) que pour le maintien d’une bonne forme physique. Nous devons être actifs QUOTIDIENNEMENT. Non, cela ne signifie pas qu’il faut aller à la salle de sport tous les jours, mais il faut participer à une activité physique intentionnelle. Une activité physique régulière permet de limiter les inflammations, de réduire le stress, d’améliorer le flux sanguin et la circulation vers le cerveau, d’équilibrer la glycémie et de favoriser les processus de désintoxication, autant de facteurs essentiels à une santé mentale optimale.

2. Un sommeil adéquat

Souvent négligé et considéré comme acquis, le sommeil est le moyen par lequel nous nous reposons et nous nous réparons. Notre corps entier est attaqué tous les jours. Comme après toute bataille ou compétition, un repos adéquat est nécessaire. Des études montrent que sans une qualité de sommeil adéquate, le risque de maladie chronique augmente de façon exponentielle. Cela inclut bien sûr les troubles mentaux. Comme la plupart des choses dans la vie, trop de sommeil peut aussi être préjudiciable. Quel est donc le bon nombre d’heures de sommeil ? Les études montrent invariablement que 7 heures de sommeil réparateur par nuit est le nombre requis pour une santé optimale.

3. Gestion du stress

Au cours de notre évolution, notre réponse au stress nous a sauvé la vie en nous permettant de fuir les prédateurs ou de chasser les proies. Mais aujourd’hui, nous déclenchons cette même réaction pour faire face à des facteurs de stress quotidiens tels que l’augmentation du prix de l’essence, les discours en public, les mauvais patrons, les embouteillages… et nous avons du mal à l’éteindre. La méditation ou le yoga peuvent être d’une grande aide, de même que les exercices de respiration profonde (qu’on peut faire partout). Parfois, il suffit de sortir faire une promenade. Mais en plus de cela, avoir un entourage solide et des amis, des proches et des conseillers professionnels est très bénéfique. Voilà autant d’options qui peuvent nous aider à surmonter le stress émotionnel.

4. Abandonner le sucre

Les aliments sont des médicaments. Cependant, certains aliments peuvent aussi être des poisons. Un des principaux facteurs prédictifs de toutes les maladies chroniques est l’inflammation chronique. Elle est directement associée à une mauvaise santé mentale. Or, la consommation de sucre est un des principaux moteurs de l’inflammation chronique. La consommation de sucre en quantité excessive peut véritablement déclencher une avalanche d’événements négatifs pour la santé, tant mentale que physique. Pour éviter les sucres raffinés de manière efficace, il ne suffit pas de ne pas manger de dessert. Il faut regarder les étiquettes des aliments ou repas emballés. Manger des fruits entiers, c’est bien.

5. La connexion intestin-cerveau

Le Dr Natash Campbell-McBride, médecin et titulaire d’un diplôme de troisième cycle en neurologie, affirme que la toxicité de notre intestin peut se propager dans tout notre corps et dans notre cerveau, où elle peut provoquer des symptômes d’autisme, de TDAH, de dépression, de schizophrénie et toute une série d’autres troubles mentaux. Il est donc essentiel de nourrir la flore intestinale (bactéries intestinales) pour aider à réduire la toxicité intestinale, améliorer l’absorption des nutriments et, finalement, aider à rétablir une santé mentale optimale. L’impact de notre microflore sur les fonctions cérébrales a récemment été reconfirmé par des chercheurs de l’UCLA. Ils ont découvert que les bactéries bénéfiques modifiaient les fonctions cérébrales des participants.

Publié à l’origine sur The Dempster Clinic

Republié sur GreenMedInfo.com

Références
1) https://www.nybooks.com/articles/archives/2011/jun/23/epidemic-mental-illness-why/?pagination=false
2) https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(13)61611-6/fulltext
3) https://www.healthmetricsandevaluation.org/gbd/research/project/global-burden-diseases-injuries-and-risk-factors-study-2010

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé