4 choses qui font vieillir le cerveau et 6 façons d’inverser le vieillissement cérébral

4 juin 2022 Mis à jour: 4 juin 2022
FONT BFONT SText size

C’est un scénario courant dans la vie : dès que vous oubliez quelque chose, quelqu’un vous dira en plaisantant : « Tu vieillis. »

L’oubli n’est pas synonyme de vieillesse mais, en vieillissant, les gens oublient davantage et souffrent même de démence. Cependant, il existe encore des moyens d’améliorer la santé du cerveau, d’inverser sa dégénérescence et de le rajeunir.

Pourquoi la mémoire se détériore-t-elle ?

Les pertes de mémoire ne sont pas seulement courantes chez les personnes âgées, mais aussi chez les jeunes. Les causes les plus courantes de la perte de mémoire sont les facteurs psychologiques et la mauvaise qualité du sommeil.

Il existe plusieurs processus par lesquels les gens conservent leurs souvenirs. Au début de ces processus, « l’écoute » de l’information s’apparente à la lecture de données sur un ordinateur, comme le décrit le Dr Chih Hao Lin, neurologue et directeur du Brain Stroke Center de l’hôpital Lin Shin. Pour que les informations soient transformées en mémoire à long terme, elles doivent être conservées dans le « disque dur  » (le cerveau), et lorsque vient le moment de se souvenir, les informations sont lues à partir du « disque dur ».

1. Stress, dépression, anxiété

De nombreux jeunes patients souffrent de stress et d’anxiété, ce qui affecte leur capacité de concentration et rend difficile l’enregistrement des informations par leur cerveau, de sorte qu’ils ne peuvent naturellement pas bien se souvenir des choses.

En outre, la dépression peut également être appelée « pseudo-démence ». Lorsqu’une personne est gravement déprimée, elle ne se soucie tout simplement pas d’observer les informations disponibles autour d’elle et n’écoute pas ce que disent les autres. Dans une telle situation, des pertes de mémoire se produisent. Dans certains cas, la dépression peut être confondue avec la démence chez les personnes âgées.

2. Mauvaise qualité du sommeil

Un mauvais sommeil affecte le cerveau, car le sommeil joue un rôle important en aidant le cerveau à renforcer la mémoire.

Se coucher tard, manquer de sommeil, trop dormir, l’insomnie, un sommeil léger avec une quantité excessive de rêves, se réveiller souvent pendant la nuit et ne pas se sentir rechargé après avoir dormi sont tous des exemples de mauvaise qualité de sommeil.

Une étude publiée en 2020 dans le Journal of the American Geriatrics Society a révélé que les femmes qui dormaient cinq heures ou moins et neuf heures ou plus par nuit, obtenaient de moins bons résultats aux tests cérébraux et avaient une mémoire plus faible que les femmes qui dormaient sept à huit heures par nuit.

3. Carence en vitamine B12

La vitamine B12 est importante pour la stabilité neurologique, et lorsqu’il n’y a pas assez de vitamine B12 dans l’organisme, la mémoire décline également.

La vitamine B12 se trouve principalement dans les aliments d’origine animale. Les personnes végétariennes ou ayant une mauvaise absorption gastro-intestinale sont donc sujettes à une carence en vitamine B12. Les patients qui prennent des médicaments pour l’estomac peuvent aussi présenter une carence en vitamine B12, car l’absorption des nutriments peut être affectée par les médicaments.

« Nous faisons parfois des analyses de sang pour vérifier la carence en vitamine B12 », a dit le Dr Lin. Ces patients peuvent améliorer leurs troubles de la mémoire grâce à des suppléments en vitamine B12.

4. Les maladies

Les patients atteints d’hypothyroïdie peuvent se sentir déprimés et faibles et leur mémoire peut également se détériorer.

Les patients souffrant de graves migraines sont victimes de brouillard cérébral, ce qui entraîne une baisse de la concentration et des plaintes de mauvaise mémoire.

Parmi les autres facteurs à l’origine de la dégénérescence cérébrale, citons le vieillissement naturel et la consommation excessive d’alcool, qui affectent la mémoire à court terme.

Comment distinguer l’amnésie de la démence ?

Comment distinguer l’amnésie de la démence ? Nous pouvons examiner deux choses : la fréquence et la gravité des oublis.

– Amnésie : La perte de mémoire ne se produit qu’occasionnellement et le patient peut se rappeler des choses oubliées avec un rappel.

– Démence : Même après des rappels, le patient n’a toujours aucun souvenir de quelque chose de précis. Cela se produit presque tous les jours, et le degré d’oubli s’aggrave. Par exemple, le patient commence à oublier comment rentrer chez lui ou se faire raccompagner, ce qui affecte sa vie.

6 façons d’améliorer la santé du cerveau et d’inverser son vieillissement

L’âge d’apparition de nombreuses maladies modernes, dont la démence, est de plus en plus précoce. Par conséquent, même les personnes d’âge moyen ne peuvent ignorer le risque de démence. Selon le Dr Lin, la raison en est que 40% des cas de démence sont réversibles et auraient dû être évités dès le plus jeune âge.

Il existe plusieurs facteurs de risque dans la vie qui font perdre l’acuité mentale et causent des dommages au cerveau, ralentissant les fonctions cérébrales et affectant la mémoire.

Voici plusieurs moyens d’améliorer la capacité d’oubli et de prévenir la démence :

1. L’apprentissage tout au long de la vie et participation à des activités sociales

Après la retraite, de nombreuses personnes vivent souvent au jour le jour, comme si leur vie avait perdu toute valeur ou tout but, ce qui augmente le risque de démence.

Le maintien d’une attitude et d’une habitude d’apprentissage tout au long de la vie, la contemplation et les comportements d’apprentissage peuvent tous stimuler le cerveau. Le Dr Lin a suggéré aux gens de cultiver des passe-temps, de participer à des activités sociales et de chercher une valeur et un but dans la vie.

En cas de démence, continuer à apprendre et participer à différentes activités peut également être efficace pour retarder la progression de la maladie. Le Dr Daniel Gibbs, neurologue, en est un exemple.

Le Dr Gibbs, qui traitait des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, a découvert il y a dix ans qu’il était lui-même atteint de la maladie. Ce fait choquant l’a obligé à prendre sa retraite, mais il n’a pas cédé à la maladie facilement. Le Dr Gibbs participe toujours activement aux activités de la société médicale et à la recherche clinique sur la démence, dont il est le sujet. En même temps, il écrit ses mémoires.

Le Dr Lin a souligné que la démence prend, en général, environ 10 à 12 ans entre le début et le stade avancé de la maladie, avec une détérioration moyenne d’un stade tous les quatre ans, et la maladie devient très grave après 10 ans.

Cependant, le Dr Gibbs s’est efforcé d’écrire un article et d’assister à un séminaire chaque année. Après 10 ans, il est toujours capable de prendre soin de lui et seule sa capacité d’élocution s’est détériorée.

2. L’exercice physique

Selon le Dr Lin, il est recommandé de faire 150 minutes d’exercice par semaine, une combinaison d’exercices d’aérobic et de musculation est l’idéale.

Une étude de synthèse publiée dans le Journal of Sport and Health Science en 2020 a révélé que les exercices d’aérobic et la musculation peuvent être utilisés pour prévenir et traiter la démence. Une combinaison d’exercices d’aérobic et de musculation à intensité modérée pendant au moins 45 minutes chaque fois et autant de jours par semaine que possible aide à maintenir ses capacités cognitives.

L’accumulation de protéines β-amyloïdes est un facteur de risque connu de démence. L’exercice peut moduler la conversion des protéines β-amyloïdes, améliorer l’inflammation cérébrale, favoriser la synthèse et la libération de facteurs neurotrophiques dérivés du cerveau et améliorer le flux sanguin vers le cerveau. L’étude mentionne également que l’exercice pourrait prévenir la perte de mémoire liée à l’âge.

Dans une interview antérieure, le Dr Gibbs a souligné qu’il existe des preuves irréfutables que des exercices d’aérobic réguliers peuvent ralentir de 50% la progression de la maladie d’Alzheimer précoce.

L’exercice peut également présenter d’autres avantages, notamment aider à soulager le stress, réguler l’humeur ainsi que réduire la dépression et l’anxiété.

3. Le régime méditerranéen

Un grand nombre d’études ont confirmé que le régime méditerranéen, riche en légumes, a des effets bénéfiques sur le cerveau, comme le ralentissement du déclin cognitif, la lutte contre la dépression et la conservation d’une plus grande capacité crânienne.

Une étude à grande échelle publiée en janvier 2021 par l’université Rush de Chicago a montré que les personnes âgées qui suivaient un régime méditerranéen strict avaient un cerveau relativement jeune.

L’étude a procédé à une évaluation cognitive de plus de 5000 adultes âgés de plus de 65 ans entre 1993 et 2012. Elle a découvert que les personnes qui consommaient un régime comprenant des fruits et légumes, des céréales complètes, du poisson, de l’huile d’olive, des noix et des légumineuses, tout en limitant d’autres aliments tels que les aliments frits, les céréales raffinées, les sucreries, la viande rouge et les viandes transformées sur une longue période avaient un cerveau plus jeune de 5,8 ans.

Les jeunes qui adoptent un régime méditerranéen en tireront aussi quelques avantages. Dans une étude de 2015 publiée dans la revue Nutrition, de jeunes sujets ayant adopté un régime méditerranéen pendant seulement dix jours ont amélioré leur humeur, leur mémoire et leur fonction cardiovasculaire.

4. Une bonne nuit de sommeil

Éviter de se coucher tard, rechercher un traitement médical pour les problèmes de sommeil et avoir un sommeil profond de bonne qualité peut améliorer la mémoire et prévenir la démence.

Selon le Dr Lin, le sommeil profond aide à consolider la mémoire et à éliminer l’accumulation de neurotoxines ou de protéines anormales dans le cerveau, ce qui peut réduire le risque de démence.

Une mauvaise qualité de sommeil peut affecter le psychisme, en réduisant par exemple la résistance au stress et en rendant les gens facilement agités.

5. La pression artérielle, le sucre dans le sang et le cholestérol sanguin

Les personnes obèses peuvent perdre du poids pour prévenir la dégénérescence du cerveau. En effet, la perte de poids peut améliorer plusieurs maladies métaboliques causées par l’obésité, comme l’hypertension, le diabète et l’hyperlipidémie. Ce sont tous des facteurs de risque de démence d’âge moyen.

Le contrôle de la pression artérielle, de la glycémie et du taux de cholestérol sanguin contribue aussi à prévenir la démence.

« Plusieurs personnes ne comprennent pas suffisamment l’hypertension », a expliqué le Dr Lin, ajoutant qu’une hypertension à long terme pouvait provoquer une artériosclérose, dont la démence est une conséquence courante.

6. Arrêter de fumer et de boire

Fumer provoque le durcissement des vaisseaux sanguins, la cigarette elle-même contient plusieurs composants qui peuvent endommager le cerveau.

Les gens ont tendance à ignorer les dégâts de l’alcool sur le corps humain, mais la consommation d’alcool à long terme est très dommageable pour le cerveau. Par conséquent, pour préserver la santé du cerveau, il est préférable d’arrêter de fumer et d’éviter de boire autant que possible.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé