Deux nouvelles études testent les résultats de la quercétine sur le Covid-19

Des études suggèrent que cet antiviral, anticoagulant et anti-inflammatoire est un traitement efficace
23 octobre 2021 Mis à jour: 24 octobre 2021
FONT BFONT SText size

Depuis le début de la pandémie, les bons médecins ont fait ce que font les bons médecins et ont donné à leurs patients des traitements sûrs et efficaces pour traiter le Covid-19.

Alors que les responsables de la santé publique affirmaient qu’il n’y avait rien à faire, de nombreux médecins ont appliqué les leçons tirées des infections virales précédentes et ont aidé leurs patients à soutenir leur système immunitaire, grâce à des mesures sûres dont l’historique est connu.

Parmi les mesures courantes suggérées par ces médecins figure la prise de vitamine D et d’antioxydants. Au fur et à mesure que la pandémie progresse, des preuves de plus en plus nombreuses montrent l’efficacité de nombre de ces traitements, dont la quercétine.

La quercétine est un flavonol végétal, un puissant antioxydant présent dans de nombreux fruits, légumes, graines et feuilles. Elle est sûre, peu coûteuse, facile à obtenir et peut aider le zinc à pénétrer dans vos cellules, où il peut agir pour stopper la réplication virale.

Amélioration statistique des résultats cliniques

Deux études récentes soulignent le potentiel de cet antioxydant végétal pour le traitement sécuritaire du Covid-19.

Dans la première étude, publiée dans la revue médicale International Journal of General Medicine, 42 patients ambulatoires atteints du Covid-19 ont été répartis en deux groupes. Un groupe de 21 patients a reçu un traitement médical standard composé d’analgésiques (acétaminophène) et d’un antibiotique, pendant trois jours consécutifs. Les 21 autres patients ont reçu le traitement standard, plus l’équivalent de 600 mg de quercétine par jour (divisé en trois doses) pendant sept jours, suivi d’une autre cure de sept jours de 400 mg de quercétine par jour (divisé en deux doses).

La quercétine a été utilisée avec de la lécithine de tournesol, dont il a été démontré qu’elle augmente jusqu’à 20 fois l’absorption dans l’intestin, par rapport aux formulations de quercétine pure.

Les principaux résultats évalués étaient la suppression du virus et des symptômes. Après une semaine de traitement, 16 des 21 patients du groupe ayant pris de la quercétine ont été testés négatifs pour le SRAS-CoV-2, et 12 ont déclaré que tous leurs symptômes avaient diminué.

Dans le groupe ayant reçu les soins standard, seuls deux patients ont obtenu un résultat négatif et quatre ont signalé une amélioration partielle de leurs symptômes. À la fin de la deuxième semaine, les cinq patients restants du groupe quercétine étaient négatifs. Dans le groupe de soins standard, 17 des 19 patients restants ont été testés négatifs et l’un d’entre eux est décédé.

« Ces résultats sont impressionnants et nous espérons que d’autres études seront menées sur des patients hospitalisés pour voir comment la quercétine pourrait être utile dans des cas plus graves », a écrit le Dr Michael Murray dans un bulletin d’information, le 21 août.

La quercétine peut-elle réduire les hospitalisations et les décès ?

La deuxième étude – un essai ouvert prospectif, randomisé et contrôlé – a donné à 152 patients ambulatoires atteints du Covid-19 une dose quotidienne de 1 000 mg de quercétine pendant 30 jours afin d’évaluer ses effets adjuvants dans le traitement des premiers symptômes du COVID-19 et la prévention des infections graves.

« Les résultats ont révélé une réduction de la fréquence et de la durée des hospitalisations, du besoin d’oxygénothérapie non invasive, de la progression vers les unités de soins intensifs et d’un certain nombre de décès », écrivent les auteurs de l’étude.

« Les résultats ont également confirmé le profil de sécurité très élevé de la quercétine et suggéré d’éventuelles propriétés anti-fatigue et pro-appétit. »

Ils ont décrit la forme de marque de la quercétine testée (Phytosome de quercétine) comme « un agent sûr et en combinaison avec les soins standard, lorsqu’il est utilisé au stade précoce de l’infection virale », affirmant qu’il pourrait améliorer les premiers symptômes et prévenir les formes graves de Covid-19.

Mécanismes d’action

Les auteurs de la première étude ont écrit qu’ils avaient choisi la quercétine, parce qu’elle possède des propriétés antivirales, anticoagulantes, anti-inflammatoires et antioxydantes, qui sont toutes importantes dans le traitement de l’infection par le SRAS-CoV-2. Dans la deuxième étude, les mécanismes d’action sont analysés plus en détail.

Les auteurs ont examiné des enzymes spécifiques à l’aide d’études d’amarrage moléculaire, ce qui leur a permis de mieux comprendre la biochimie complexe en jeu.

« La quercétine se caractérise par trois propriétés cruciales : antioxydante, anti-inflammatoire et immunomodulatrice. La combinaison de ces actions permet à la quercétine d’être une candidate potentielle pour soutenir toutes les conditions malsaines où le stress oxydatif, l’inflammation et l’immunité sont impliqués », ont-ils écrit.

Au départ, la quercétine a attiré l’attention parce qu’elle est un ionophore du zinc, ce qui signifie qu’elle transporte le zinc – qui a des effets antiviraux bien connus – dans les cellules, tout comme le médicament hydroxychloroquine.

Certains ont proposé que la raison principale pour laquelle l’hydroxychloroquine et la quercétine fonctionnaient était cette caractéristique. Bien sûr, il fallait aussi prendre du zinc en même temps que l’un ou l’autre. Pour agir efficacement comme ionophore du zinc, la quercétine a également besoin de vitamine C.

Depuis lors, d’autres études, dont les deux examinées dans cet article, ont montré que la quercétine a d’autres actions qui la rendent également utile contre le SRAS-CoV-2. Le Dr Murray l’a rapporté comme suit dans son bulletin d’information :

« En particulier, la quercétine exerce une inhibition significative sur la liaison de protéines de pointe spécifiques aux récepteurs de l’ECA-2, bloquant ainsi la capacité du virus à infecter les cellules humaines. Il a également été démontré que la quercétine neutralise directement les protéines virales qui sont essentielles à la réplication du SRAS-CoV-2. »

Certaines études ont également montré que la quercétine inhibe la libération de cytokines inflammatoires, des molécules de signalisation qui appellent les cellules immunitaires à combattre les envahisseurs. Malheureusement, dans le cas du Covid-19, trop de cytokines émettent un signal et la réponse immunitaire devient mortelle. L’atténuation du signal des cytokines pourrait contribuer à soulager les symptômes liés à l’infection et à empêcher l’apparition de réponses inflammatoires excessives. Les effets antioxydants de la quercétine peuvent également contribuer à prévenir les dommages tissulaires causés par l’élimination des radicaux libres, facilitant ainsi le processus de guérison des infections virales.

Propriétés antivirales de la quercétine

Les propriétés antivirales de la quercétine ont été attribuées à trois principaux mécanismes d’action : l’inhibition de la capacité du virus à infecter les cellules, l’inhibition de la réplication des cellules déjà infectées et la réduction de la résistance des cellules infectées au traitement par des médicaments antiviraux.

Une étude sur des souris financée par une agence du département de la Défense des États-Unis (Defense Advanced Research Projects Agency) et publiée en 2008, a révélé que la quercétine réduit le risque de maladies virales telles que la grippe et améliore les performances mentales à la suite d’un stress physique extrême, qui pourrait autrement miner votre fonction immunitaire et vous rendre plus vulnérable aux infections.

Une autre étude a porté sur des cyclistes qui ont reçu une dose quotidienne de 1 000 mg de quercétine en association avec de la vitamine C (qui augmente les niveaux de quercétine dans le plasma) et la vitamine B niacine (pour améliorer l’absorption), pendant cinq semaines. Les personnes du groupe traité étaient nettement moins susceptibles de contracter une maladie virale après avoir fait du vélo trois heures par jour pendant trois jours consécutifs, par rapport aux témoins non traités. Alors que 45 % des membres du groupe placebo ont fini par tomber malades, ce chiffre n’était que de 5 % dans le groupe traité.

La quercétine agit contre de nombreux virus courants

Avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe, plusieurs études avaient mis en évidence la capacité de la quercétine à prévenir et à traiter le rhume (qui est souvent causé par un coronavirus) et la grippe saisonnière. En atténuant les dommages oxydatifs, la quercétine réduit également le risque d’infections bactériennes secondaires, qui sont en fait la première cause de décès liés à la grippe.

Il est important de noter que la quercétine augmente la croissance de la taille et du nombre de mitochondries (la centrale électrique d’une cellule) dans les muscles squelettiques, ce qui suggère qu’une partie de ses effets antiviraux est due à une meilleure signalisation antivirale mitochondriale. La quercétine s’est également avérée efficace contre d’autres virus.

Une étude de 1985 a révélé que la quercétine inhibe l’infectivité et la réplication du virus herpès simplex de type 1, du virus de la polio de type 1, du virus parainfluenza de type 3 et du virus respiratoire syncytial (VRS).

Une étude animale de 2016 a révélé que la quercétine inhibait le virus de la dengue et le virus de l’hépatite chez la souris.

D’autres études ont confirmé le pouvoir de la quercétine d’inhiber les infections de l’hépatite B et de l’hépatite C.

Une étude réalisée en mars 2020 a révélé que la quercétine offre une « protection complète » contre l’infection à Streptococcus pneumoniae. Comme le rapportent les auteurs de cette étude : « Nos résultats ont indiqué que la quercétine pourrait être un nouveau candidat de médicament potentiel pour le traitement des infections pneumococciques cliniques. »

Comment la quercétine combat l’inflammation et renforce l’immunité

En dehors de son activité antivirale, la quercétine est également connue pour stimuler l’immunité et combattre l’inflammation. Une étude de 2016 publiée dans la revue Nutrients décrit les mécanismes d’action, qui comprennent l’inhibition d’une cytokine impliquée dans l’inflammation systémique, l’atténuation de la production d’enzymes produisant l’inflammation et la limitation d’autres agents inflammatoires.

Selon l’étude, la quercétine stabilise également les mastocytes, a une activité cytoprotective dans le tractus gastro-intestinal, et a « un effet régulateur direct sur les propriétés fonctionnelles de base des cellules immunitaires », ce qui lui permet d’inhiber « de nombreuses voies et fonctions inflammatoires ».

Biodisponibilité

Bien que la quercétine ait des effets antiviraux puissants, pour qu’elle agisse efficacement, il faut des doses suffisamment élevées pour augmenter le niveau de quercétine dans les tissus de l’organisme. Le taux d’absorption relativement faible de la quercétine est la raison pour laquelle une formulation à base de lécithine de tournesol a été utilisée.

Une étude publiée dans le numéro de juillet-décembre du Journal Natural Health Products Research a révélé qu’une matrice de quercétine présente le même taux d’absorption total que le phytosome de quercétine et des pics de concentration sanguine plus élevés.

« Puisque ces deux formes de quercétine produisent des taux sanguins similaires, elles devraient produire les mêmes effets à des doses égales en fonction de la teneur en quercétine », a écrit le Dr Murray dans son bulletin d’information.

« Ma recommandation de dosage dans le cadre d’un programme de complément alimentaire pour soutenir la fonction immunitaire est de 250 mg deux fois par jour. »

« Et chez les patients atteints d’une infection active, ma recommandation est … six capsules deux fois par jour fournissant un total de 3 000 mg de quercétine. Cette dose élevée doit être prise pendant au moins 10 jours, puis réduite à une dose de maintien de 250 mg deux fois par jour. »

« Cette dose élevée n’est peut-être pas nécessaire. Mais mes calculs de dosage sont basés sur les concentrations tissulaires probables nécessaires pour exercer les effets antiviraux les plus puissants. Et compte tenu de la sécurité de la quercétine, il n’y a aucun danger à ce niveau. »

Protocole utilisant la quercétine

Le Dr Vladimir Zelenko est l’un des médecins qui a rapidement mis la quercétine sous les projecteurs. Lorsque l’hydroxychloroquine est devenue difficile à obtenir, Dr Zelenko a commencé à recommander la quercétine à la place, car elle est facilement disponible en tant que supplément en vente libre. Pour obtenir un aide-mémoire téléchargeable du protocole de Dr. Zelenko pour le Covid-19, visitez le site VladimirZelenkoMD.com.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées  :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé