1600 euros d’amende pour avoir organisé un barbecue dans l’Oise pendant le confinement

21 mars 2020 Mis à jour: 21 mars 2020
FONT BFONT SText size

En pleine période de confinement, une douzaine de jeunes se sont amusés à organiser un barbecue sur les hauteurs de la petite ville de Laigneville (Oise), mercredi après-midi. La police est intervenue pour faire cesser le rassemblement, distribuant des amendes pour un total de 1 620 euros.

« Ça fait cher le barbecue… mais on ne joue pas à la roulette russe sanitaire », commente le maire de Laigneville (Oise), Christophe Dietrich, dans une publication sur Facebook.

L’Oise est l’un des premiers foyers de l’épidémie du virus du Parti communiste chinois* et fait aujourd’hui partie des départements les plus touchés. Cela n’a pas empêché ces jeunes du bassin Creillois de se rassembler pour un barbecue entre amis sur l’espace public, un acte de « provocation », selon l’élu.

La gendarmerie les a surpris lors de sa patrouille. La police est venue en renfort. « Chacune des 12 personnes présentes s’est vue infliger 135 euros d’amende », écrit le maire. « Le rappel à l’ordre a été immédiat et sans appel. »

D’après Le Parisien, aucun des jeunes impliqués n’avait d’attestation de dérogation de déplacement, ce qui n’aurait de toute façon en aucun cas justifié leur présence en ce lieu public.

« Il est grand temps que chacun comprenne que l’on a tous une responsabilité morale dans la crise sanitaire que nous traversons si on veut retrouver rapidement une vie normale », conclut M. Dietrich.

* Epoch Times utilise le terme « virus du PCC » et non pas le terme habituel de « Covid-19 » afin de signifier à ses lecteurs que ce virus s’est propagé depuis la Chine dans le monde entier, créant une véritable pandémie. Cette propagation étant due à la mauvaise gestion mais surtout à la dissimulation voulue par le Parti communiste chinois, lorsque les premiers cas d’infection sont apparus.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé