LIRE PLUS LIRE MOINS
Meuse : une ex-salariée d’une association contre le cancer détourne 240 000 euros avec des chèques falsifiés

Mardi, une secrétaire-comptable, ex-salariée de l’Association Meusienne de Prévention Médicale (AMPM) de lutte contre le cancer, se trouvait appelée à comparaître,  devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc dans le département de la Meuse.

Entre 2007 et 2016, elle aurait falsifié plus de 350 chèques, en émettant de fausses factures qu’elle payait elle-même par chèque en tentant de reproduire la signature du président de l’association. C’est son successeur à son poste qui a permis à l’association de prendre conscience des méfaits.

« Un acte d’abus de confiance », selon les termes de la justice. Appelé à témoigner, le Dr François, partie civile à titre personnel, œuvre depuis quinze ans afin d’améliorer le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et du colon. Il parle d’une « trahison horrible ». Il se dit même « traumatisé par cette affaire ».

En parvenant non sans peine à réprimer des sanglots, l’ex-salariée âgée de 38 ans s’explique : « J’ai mis le doigt dans un engrenage »….« C’était pour les achats du quotidien », assure-t-elle.

Elle conteste également que l’argent mal acquis ait servi à l’achat d’un immeuble via une SCI (société civile immobilière) quand la question lui est posée. « J’ai rien fait de particulier avec », insiste-t-elle.

La substitut du procureur Valérie Etile parle d’un comportement d’achat compulsif. Elle requiert donc des soins en addictologie. L’ex-salariée écope d’une peine de prison de dix mois avec sursis, d’une mise à l’épreuve pendant trois ans et l’obligation de rembourser les fonds détournés.

Le jugement est mis en délibéré jusqu’au 15 mai.