La Chine dans les pourparlers nucléaires avec la Corée du Nord

Le 6 mars 2018, le dictateur nord-coréen Kim Jong-un a annoncé son accord de participer à des pourparlers avec Donald Trump sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. C’est tout à l’honneur du président américain qui a fait pression sur la Corée du Nord pour qu’elle mette fin à son programme d’armement nucléaire. En même temps, de nombreux experts ont attiré l’attention sur le rôle de la Chine dans la nucléarisation de son voisin et allié communiste. Des rapports indiquent que la Chine serait fortement impliquée dans le programme d’armement nucléaire de la Corée du Nord. La question se pose aujourd’hui, est-ce que la Chine peut persuader la Corée du Nord d’abandonner ses armes nucléaires ? Si oui, dans quelle mesure.

Une Corée du Nord coopérative ?

Kim Jong-un a déclaré que la Corée du Nord s’engagerait à participer dans les pourparlers de dénucléarisation avec les États-Unis si la sécurité de son régime est garantie et si toutes les menaces militaires contre la Corée du Nord sont abandonnées. Le régime nord-coréen a également promis de suspendre les essais de missiles pendant ces pourparlers, surtout en tenant compte que ses essais d’armes nucléaires, effectués en 2017, ont provoqué des graves tensions entre les deux pays.

La récente rencontre officieuse de Kim Jong-un avec le président chinois Xi Jinping s’est déroulée au milieu de nombreuses spéculations. Après cette rencontre, la Chine a également confirmé l’intention de la Corée du Nord de tenir des pourparlers. Kim Jong-un a également déclaré que le problème nucléaire pourrait être résolu si les États-Unis et la Corée du Sud réagissent de façon appropriée à la « bonne volonté » de la Corée du Nord, faisant porter sur la Corée du Sud et les États-Unis la responsabilité de créer une péninsule coréenne stable et pacifique.

Le 6 mars 2018, le dictateur nord-coréen Kim Jong-un a annoncé son accord de participer à des pourparlers avec Donald Trump sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. C’est tout à l’honneur du président américain qui a fait pression sur la Corée du Nord pour qu’elle mette fin à son programme d’armement nucléaire. (Image : Gage Skidmore via flickr/CC BY-SA 2.0)

Les discussions précédentes à ce sujet avec la Corée du Nord ont échoué en grande partie à cause des exigences infructueuses des prédécesseurs de Kim Jong-un que les États-Unis se retirent de la Corée du Sud. Dans ce contexte, plusieurs analystes sont encore incertains si Kim Jong-un respectera ses récents engagements.

Le rôle de la Chine

De nombreuses entreprises chinoises, y compris des entreprises d’État, ont été sanctionnées par les États-Unis pour avoir aidé la Corée du Nord à développer son arsenal nucléaire. En outre, la Chine a été accusée de soutenir la politique de la Corée du Nord envers les États-Unis. La Chine reste l’allié politique et économique de son voisin communiste. En fait, plus de 90 % du commerce de la Corée du Nord dépend de la Chine. La Chine s’est également opposée à l’application intégrale des sanctions et des mesures prises contre la Corée du Nord, notamment en ce qui concerne les relations commerciales entre les deux pays. En conséquence, la Chine a certainement une forte emprise sur l’économie nord-coréenne et peut avoir une influence importante sur la politique de son allié. Cependant, la Chine refuse d’en assumer la responsabilité.

Les analystes attirent l’attention également sur un autre intérêt de la Chine. Ils pensent que ce pays est intéressé à préserver l’image tristement célèbre de la Corée du Nord afin de continuer d’exercer le contrôle sur l’influence des États-Unis dans la Corée du Sud et Taïwan.

La Chine est également accusée d’utiliser la Corée du Nord comme « tampon stratégique » contre la Corée du Sud et les États-Unis, et qu’elle voudrait éviter la chute du régime nord-coréen. Parmi les raisons du dernier argument, on note une éventuelle crise des réfugiés nord-coréens en Chine, l’instabilité régionale, une victoire stratégique des États-Unis dans la région et le danger de l’augmentation de l’intérêt international sur la situation à l’intérieur de la Chine une fois que le problème nord-coréen sera réglé.

Les analystes attirent attention également sur un autre intérêt de la Chine. Ils pensent que ce pays est intéressé à préserver l’image tristement célèbre de la Corée du Nord afin de continuer d’exercer le contrôle sur l’influence des États-Unis dans la Corée du Sud et Taïwan. (Image : Antilong via wikimedia CC BY-SA 3.0)

Certains rapports suggèrent également que, bien que la Chine ait la capacité de persuader la Corée du Nord d’abandonner ses armes nucléaires, elle n’en fait pas grand-chose. La Chine n’a pas entièrement appliqué ou a contourné les sanctions imposées par l’ONU à la Corée du Nord en 2016. Cependant, depuis que l’administration américaine a commencé à mettre de plus en plus l’accent sur la Chine dans les événements qui se déroulaient autour de la Corée du Nord, les démarches de la Chine ont été étroitement observées par le monde entier.

La présence croissante des États-Unis dans la péninsule coréenne a aussi poussé la Chine à craindre pour sa position dominante dans la région. La Chine n’apprécie certainement pas une éventuelle augmentation d’une puissance militaire de la Corée du Sud à la suite du déploiement du système de défense antimissile américain THAAD. Préserver le contrôle sur la région est devenu une affaire bien urgente pour la Chine qui continue d’insister sur le fait qu’il est important que les quatre pays soient impliqués dans ces pourparlers.

En fin de compte, il est aussi crucial pour la Chine, que pour le reste du monde, de pouvoir contrôler la Corée du Nord en tant que puissance nucléaire. Si les choses deviennent incontrôlables, il est important de se rappeler qu’une catastrophe nucléaire n’a pas de frontières.

Kris Wen –Vision Times

Version originale

Vidéo recommandée :

Comment la Corée du Nord a obtenu la technologie nucléaire

 
 
 
 

La guerre industrielle du régime chinois : combattre sans combattre

La guerre industrielle du régime chinois : combattre sans combattre
Quand un pays s'engage dans une guerre industrielle, il le fait en deux étapes. Premièrement, il doit développer ...
LIRE LA SUITE
 

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG
La bio-raffinerie de La Mède de Total consommera 550.000 tonnes d'huile de palme par an, faisant "bondir les ...
LIRE LA SUITE
 

La montée en force de Poutine et de Xi Jinping : une nouvelle ère d’hommes forts ?

La montée en force de Poutine et de Xi Jinping : une nouvelle ère d’hommes forts ?
Alors que la prolongation de la durée du mandat présidentiel chinois a certainement étonné une grande partie du ...
LIRE LA SUITE
 

Exportations chimiques vers la Syrie : la justice belge saisie de « fausses déclarations »

Exportations chimiques vers la Syrie : la justice belge saisie de « fausses déclarations »
Trois entreprises belges devront répondre en mai devant la justice de "fausses déclarations", pour avoir omis de signaler ...
LIRE LA SUITE