Le dragage illégal de sable du fleuve Yangzi continue en Chine

L’extraction illégale de sable dans le fleuve Yangzi se poursuit malgré le fait que les autorités chinoises l’aient interdite il y a de nombreuses années.

Le 28 mars, deux dragues illégales – chacune chargée de 700 tonnes de sable – ont été saisies par les autorités chinoises sur le Yangzi dans le district de Hannan de la ville de Wuhan, province du Hubei.

La demande en sable – l’ingrédient essentiel pour la production de matériaux de construction – a augmenté en Chine en suivant le développement rapide de la construction d’infrastructures. Avec la hausse des prix du sable, certaines entreprises astucieuses se sont tournées vers le dragage illégal pour faire de gros bénéfices.

Le 30 mars, le journal chinois Chutian Metropolis Daily a rapporté que deux dragues avaient été saisies et que cinq ouvriers avaient été arrêtés. L’un des ouvriers a confié qu’il savait que l’extraction de sable dans le Yangzi était illégale, mais qu’il devait suivre les ordres de son patron.

Un responsable du service d’application de la loi dans la province du Hubei a indiqué au Chutian Metropolis Daily que le coût du rééquipement d’une drague de sable est relativement bas – de l’ordre de 20 000 à 30 000 yuans (de 2 600 à 4 000 euros). Une drague d’une capacité de 1 000 tonnes pourrait générer des profits nets de 50 000 yuans (6 500 euros) par nuit, a-t-il estimé.

L’article du journal a également expliqué que les ouvriers pompent du sable avec de l’eau. Donc, s’ils pompent longtemps au même endroit, le fond de la berge devient creux et endommage les digues. En outre, comme les ouvriers travaillent illégalement, ils n’osent pas draguer le sable pendant la journée, alors ils choisissent souvent de travailler entre 23 h et 5 h du matin. Ils n’allument pas les lumières pour ne pas être détectés, ce qui est dangereux pour les autres navires qui naviguent sur le fleuve.

Le dommage environnemental

En avril 2013, Radio Free Asia (RFA) a rapporté que l’extraction de sable à grande échelle dans les fleuves et les lacs avait causé de graves dommages à l’environnement écologique. Elle est également considérée comme une grave menace pour la sécurité des digues, ce qui entraîne des problèmes de contrôle des inondations et de préservation de l’eau.

Hong Kong Economic Times a rapporté en juin 2007 qu’à cause de l’extraction illégale de sable, la direction de l’écoulement de l’eau au fond du fleuve Yangzi était devenue de plus en plus désordonnée. Beaucoup de grands trous s’étaient également formés.

Zheng Yi, un écrivain basé aux États-Unis, a publié en 2000 un livre sur les problèmes environnementaux de la Chine intitulé The Destruction of China (La Destruction de la Chine). Il a expliqué à RFA que, bien que la Chine ait interdit l’extraction de sable dans le Yangzi depuis 2000, la pratique illégale n’a jamais cessé.

Au cours des dernières années, à cause de la demande croissante en sable de construction, les prix du sable provenant des fleuves et des lacs ont également augmenté. En 2006, 13 fonctionnaires locaux ont fait l’objet d’une enquête et ont été sanctionnés pour corruption dans le comté de Yongxiu, province du Jiangxi, tous pour des crimes liés à leur implication dans l’industrie locale d’extraction de sable. Les autorités du comté voulaient monopoliser cette industrie et vendre les droits d’extraction de sable au lac Poyang, le plus grand lac d’eau douce de Chine situé dans la province du Jiangxi. En conséquence, ils ont fait des profits énormes.

Zheng Yi pense que l’extraction de sable, comme d’autres problèmes environnementaux en Chine, est difficile à réguler parce que les autorités et les fonctionnaires locaux sont intéressés à en tirer profit.

Sunny Chao

Version originale

 
La rédaction vous conseille

Chine: un hôpital construit pour tuer

Chine: un hôpital construit pour tuer
LIRE LA SUITE
 
 
 

La guerre industrielle du régime chinois : combattre sans combattre

La guerre industrielle du régime chinois : combattre sans combattre
Quand un pays s'engage dans une guerre industrielle, il le fait en deux étapes. Premièrement, il doit développer ...
LIRE LA SUITE
 

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG
La bio-raffinerie de La Mède de Total consommera 550.000 tonnes d'huile de palme par an, faisant "bondir les ...
LIRE LA SUITE
 

La montée en force de Poutine et de Xi Jinping : une nouvelle ère d’hommes forts ?

La montée en force de Poutine et de Xi Jinping : une nouvelle ère d’hommes forts ?
Alors que la prolongation de la durée du mandat présidentiel chinois a certainement étonné une grande partie du ...
LIRE LA SUITE
 

Exportations chimiques vers la Syrie : la justice belge saisie de « fausses déclarations »

Exportations chimiques vers la Syrie : la justice belge saisie de « fausses déclarations »
Trois entreprises belges devront répondre en mai devant la justice de "fausses déclarations", pour avoir omis de signaler ...
LIRE LA SUITE