Hausse des contrôles et des amendes de stationnement à Paris : Anne Hidalgo touche le jackpot

Depuis le mois de janvier, la multiplication des contrôles de stationnement et la hausse massive des amendes ont permis à la mairie de Paris d’amasser 40 millions d’euros de recettes supplémentaires par rapport à la même période l’an dernier. Un joli pactole lié à la nouvelle politique de stationnement mise en place par Anne Hidalgo au début de l’année.

Si les critiques à l’encontre de la mairie de Paris s’accumulent depuis qu’elle a décidé de modifier la politique de stationnement de la ville à compter du 1er janvier 2018, force est de constater que les finances de la municipalité se portent beaucoup mieux depuis.

Des performances record

Selon les chiffres publiés par le journal Les Échos le 4 avril dernier, plus de 480 000 amendes ont déjà été délivrées depuis janvier par les sociétés qui sont désormais chargées de constater les infractions en lieu et place des agents municipaux.

La démultiplication des contrôles a ainsi permis à la mairie de Paris d’engranger 40 millions d’euros supplémentaires par rapport à la même période l’an dernier, tandis que les montants collectés précédemment restaient relativement marginaux.

D’après les éléments prévisionnels fournis aux différents élus parisiens par l’exécutif de l’Hôtel de ville, le montant global des recettes de stationnement sur l’ensemble de l’année 2018 pourrait même atteindre 330 millions d’euros ! Du jamais vu dans la capitale.

Une nouvelle stratégie très rentable

Deux éléments expliquent les performances record enregistrées par les services de la ville de Paris : la hausse massive du montant des amendes – passées de 17 euros l’an dernier à 50 euros début janvier – d’une part et la décentralisation des contrôles liés au stationnement payant d’autre part.

Désormais, deux sociétés privées remplacent les agents municipaux qui contrôlaient auparavant les véhicules en stationnement dans les rues de la capitale. Il s’agit de Streeteo – filiale du groupe de parkings Indigo (ex Vinci Park) – et de Moovia.

Et la mairie de Paris n’a pas hésité à fixer des objectifs particulièrement ambitieux aux deux compagnies, en exigeant la réalisation de 50 000 contrôles quotidiens.

Une demande qui a d’ailleurs conduit la société Streeteo à utiliser des véhicules munis de caméras pour sillonner les rues de Paris et effectuer davantage de contrôles. Les agents de Streeteo n’avaient ensuite qu’à saisir les immatriculations des véhicules flashés par les engins mobiles, sans quitter leur bureau.

Contrôles fictifs et contraventions illégales

Une méthode pourtant interdite par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) qui estime en effet qu’il « n’est pas possible de réaliser à distance le contrôle de la détention d’une carte européenne de stationnement. Un tel contrôle nécessite que l’agent se rende sur place ».

Alertée au début du mois de mars, la municipalité a évidemment exigé que son prestataire cesse immédiatement ce genre de pratiques. Selon Les Échos, l’Hôtel de ville devrait d’ailleurs rembourser près de 5000 PV illégaux.

Malgré cet incident notable, le bilan financier restera très positif pour la mairie, qui doit sans doute se féliciter d’avoir délégué les contrôles liés au stationnement à des sociétés privées au vu des sommes astronomiques récoltées en l’espace de trois mois.

Une décision qui avait pourtant suscité des débats particulièrement vifs entre les élus du Conseil de Paris, dont plusieurs demandent encore à Anne Hidalgo de résilier le contrat passé avec Streeteo, invoquant une « confiance rompue » et des « méthodes [qui] discréditent l’ensemble du système de verbalisation ».

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis !

 
 
 
 

La guerre industrielle du régime chinois : combattre sans combattre

La guerre industrielle du régime chinois : combattre sans combattre
Quand un pays s'engage dans une guerre industrielle, il le fait en deux étapes. Premièrement, il doit développer ...
LIRE LA SUITE
 

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG
La bio-raffinerie de La Mède de Total consommera 550.000 tonnes d'huile de palme par an, faisant "bondir les ...
LIRE LA SUITE
 

La montée en force de Poutine et de Xi Jinping : une nouvelle ère d’hommes forts ?

La montée en force de Poutine et de Xi Jinping : une nouvelle ère d’hommes forts ?
Alors que la prolongation de la durée du mandat présidentiel chinois a certainement étonné une grande partie du ...
LIRE LA SUITE
 

Exportations chimiques vers la Syrie : la justice belge saisie de « fausses déclarations »

Exportations chimiques vers la Syrie : la justice belge saisie de « fausses déclarations »
Trois entreprises belges devront répondre en mai devant la justice de "fausses déclarations", pour avoir omis de signaler ...
LIRE LA SUITE